Le Fan Board d’Anderlecht rassuré après avoir discuté avec Verschueren et Kums

@News
@News

Le Fan Board du RSC Anderlecht, qui représente les supporters du club bruxellois, et des membres de la Mauves Army, les ultras du RSCA, ont eu mardi soir une « discussion constructive », avec Michael Verschueren, manager du Sporting, et le capitaine Sven Kums. « Nous sommes rassurés, mais nous restons vigilants », a déclaré à Belga Frank Eeckhout, membre du Fan Board.

Outre Kums et Verschueren, Johan Plancke, Pär Zetterberg en David Steegen ont reçu la délégation des supporters au stade Constant Vanden Stock. La réunion a duré deux heures. « Nous avons pu exprimer notre mécontentement », dit Frank Eeckhout. Le club ne peut pas approuver l’action de vendredi dernier à Sclessin, mais notre mécontentement a été compris. Le club a convenu qu’Anderlecht doit apporter beaucoup plus que maintenant ».

« Nous sommes sortis de cette réunion plus confiants et rassurés », poursuit Eeckhout. « Plusieurs promesses ont été faites, mais nous restons vigilants. De nombreuses promesses ont déjà été faites aux supporters dans le passé. Le message semble être parvenu au club, et aussi aux joueurs. Kums voulait vraiment nous entendre. Si les joueurs ne mouillent pas leur maillot, on espère que Verschueren tiendra parole et interviendra ».

Le Fan Board avait demandé que cette réunion ait lieu après la défaite face à l’Antwerp, mais elle s’est finalement tenue après que le match Standard – Anderlecht a été arrêté par l’arbitre vendredi. Et cela alors qu’Anderlecht s’est séparé de son entraîneur Fred Rutten mardi matin. « Il ne semblait plus capable de motiver le groupe », dit Frank Eeckhout. « Son départ est une bonne chose dans l’optique de la prochaine saison, qu’il vaut mieux préparer à partir de maintenant. L’avenir d’Anderlecht, ce sont les jeunes. Nous devons nous inspirer de l’Ajax, Verschueren partage cette vision. Il a promis qu’on verrait déjà des changements dans l’équipe ce week-end (contre La Gantoise, ndlr) ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite