Accueil Monde France

La cathédrale de demain: monumentale, modeste ou… immatérielle?

Lieu de culte mais aussi lieu de vie. Comment penser une cathédrale moderne dans une société sécularisée où les religions coexistent ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 5 min

Monstres superbes issus d’un passé ancien, fruits de décennies voire de siècles de labeur, les cathédrales sont fixées dans l’imaginaire collectif comme des monuments figés, aux proportions à donner le vertige. Immuables. Pièces de patrimoine, certes, elles sont avant tout des lieux d’exercice de culte, ceux où les évêques ordonnent, où les conciles se réunissent. Des lieux vivants, des lieux… anachroniques ? A quoi ressemblerait une cathédrale idéale dans un XXIe siècle européen sécularisé, très éduqué et marqué par la diversité des croyances ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 17 avril 2019, 11:31

    Même s'il est très âgé, ce monument, comme tous les autres, est vivant et ne peut se satisfaire d'une sorte de "copié-collé" de ce qu'il fut juste avant de, partiellement, être détruit. Ce ne serait pas faire injure à "l'Histoire de France" que de donner à ce vestige le meilleur de ce que nous pouvons faire aujourd'hui, grâce à des techniques que les bâtisseurs du moyen-âge auraient certainement utilisées s'ils les avaient eues à disposition. Le bois, ça brûle. Et celui-ci a brûlé. Ça devait arriver un jour. C'est arrivé avant-hier. Mais ne confondons pas les symboles avec ce qu'ils représentent. C'est le message que nous ont laissés les milliers d'hommes qui ont mis des siècles à construire cette cathédrale. Ne l'oublions pas.

Aussi en France

France: nouvelle condamnation pour Claude Guéant

Déjà incarcéré du fait d’une précédente condamnation, l’ancien ministre de l’Intérieur et secrétaire général de l’Elysée s’est vu infliger vendredi un an de prison dont huit mois ferme, dans l’affaire des sondages de l’Élysée sous Nicolas Sarkozy. Une sanction dont il va faire appel.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs