Reconstruction de Notre-Dame: la famille Pinault renonce à sa réduction d’impôts sur son don de 100 millions d’euros

François-Henri Pinault © AFP
François-Henri Pinault © AFP

C’est la famille Pinault qui a ouvert le bal en annonçant débloquer 100 millions d’euros via sa société d’investissement Artemis. La polémique commençait à enfler, certains soulignant que le milliardaire allait ainsi bénéficier d’une réduction d’impôt. La famille Pinault a coupé court à toutes les spéculations et a décidé de renoncer à cet avantage fiscal, selon les informations recueillies par Europe 1.

En effet, les entreprises qui investissent dans la culture peuvent déduire de leurs impôts – sous forme de crédit d’impôt – 60 % de leurs dépenses de mécènes en faveur de la culture (66 % de réduction d’impôt sur le revenu pour les particuliers), avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans.

Selon Stéphane Bern, chargé de la mission et du loto du patrimoine, les promesses de dons pourraient même passer le cap du milliard d’euros ce mardi.

« Pas question de faire porter la charge aux contribuables »

« La donation pour Notre-Dame de Paris ne fera l’objet d’aucune déduction fiscale. La famille Pinault considère en effet qu’il n’est pas question d’en faire porter la charge aux contribuables français », indique un communiqué de François-Henri Pinault président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering.

« Comme pour le musée de la Bourse de Commerce de Paris, la famille ne fera pas valoir l’avantage fiscal auquel ce don pourrait prétendre dans le cadre de la loi 2003 sur le mécénat », ajoute la holding familiale Artemis dans un communiqué.

La famille Pinault considère « qu’il n’est pas question d’en faire porter la charge aux contribuables français », ajoute-t-elle.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Incendie de Notre-Dame de Paris
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

    Grand Baromètre: Di Rupo, candidat Premier ministre préféré des francophones

  3. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite