La capitaine de l’Espagne confiante avant d’affronter la Belgique en Fed Cup: «Ce sera une vraie bataille»

©Belga
©Belga

Capitaine de l’équipe espagnole, Anabel Medina se montre confiante avant le barrage de Fed Cup qui opposera la Belgique à l’Espagne samedi et dimanche au Lange Munt de Courtrai, sur surface dure. « Ce sera une vraie bataille mais je compte sur mes joueuses pour mouiller leur maillot pour leur pays », a déclaré Medina lors d’une conférence de presse mercredi.

Alors que la Belgique sera privée d’Elise Mertens, l’Espagne pourra compter sur ses deux meilleures joueuses, Garbiñe Muguruza (WTA 19) et Suarez Navarro (WTA 27), ainsi que sur Aliona Bolsova (WTA 136), Georgina Garcia Perez (WTA 181) et Maria José Martinez Sanchez, 19e mondiale en double.

« Un barrage est toujours difficile, et ce sera encore le cas cette fois », dit Anabel Medina. « Mais les sensations sont bonnes. Nous n’avons rien laissé au hasard et c’est avec confiance que nous sommes venues en Belgique. L’Espagne mérite d’être dans le groupe mondial I. Nous allons tout faire pour atteindre notre objectif ».

« L’absence de Mertens  ? Une bonne nouvelle »

En l’absence d’Elise Mertens (WTA 18), qui a renoncé, préférant préparer la saison sur terre battue, l’équipe belge se compose d’Alison Van Uytvanck (WTA 52), Kirsten Flipkens (WTA 59), Ysaline Bonaventure (WTA 122) et Yanina Wickmayer (WTA 127).

« Le forfait de Mertens est une surprise pour nous », déclare Anabel Medina. « Mais c’est une bonne nouvelle pour nous. Tout le monde connaît les qualités de Mertens, en simple et en double. Mais même sans elle, la Belgique reste forte. Wickmayer et Flipkens ont beaucoup d’expérience, je les connais de quand j’étais joueuse. Tous les matches seront très compliqués  ».

Le vainqueur de Belgique – Espagne évoluera au sein du groupe mondial I l’année prochaine, le perdant sera versé dans le groupe mondial II.

Les deux premiers simples auront lieu samedi. Dimanche, ce sera deux nouveaux simples, suivis du double. Le tirage au sort aura lieu vendredi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite