Notre-Dame de Paris: les promesses de dons s’élèvent à 850 millions d’euros

© AFP
© AFP

D’Apple à la Banque centrale européenne en passant par des milliers d’anonymes, les promesses de dons affluent pour rebâtir le monument, atteignant ce mercredi après-midi à 850 millions d’euros de promesses de dons. La barre du milliard devrait être passée durant la journée, a estimé le journaliste Stéphane Bern sur RMC.

Reconstruction de Notre-Dame : la famille Pinault renonce à sa réduction d’impôts sur son don de 100 millions d’euros

Voici le point sur les principales donations.

500 millions pour trois grandes fortunes

Les trois plus grandes fortunes françaises pèsent à elles seules plus de la moitié des dons.

Les familles Arnault et Bettencourt se partagent la palme de la plus grosse somme promise.

La première, avec le numéro un mondial du luxe LVMH, a promis 200 millions, tandis que la seconde a annoncé deux dons de 100 millions d’euros, l’un via l’Oréal, l’autre via sa fondation.

La troisième famille, Pinault, qui possède le groupe Kering, a quant à elle annoncé débloquer 100 millions d’euros. Elle est également pour l’instant la seule à avoir renoncé à l’avantage fiscal lié à ce type de dons.

260 millions pour les entreprises et les particuliers

L’entreprise Total, qui se présente comme le « premier mécène de la Fondation du Patrimoine », est la société qui a offert le plus gros chèque avec un « don spécial » de 100 millions d’euros.

Via sa holding familiale, le géant français de l’affichage publicitaire JCDecaux a promis 20 millions d’euros.

Plusieurs banques ont aussi contribué, BNP Paribas va débloquer 20 millions d’euros, BPCE et la Société Générale ont promis 10 millions d’euros chacun et Crédit Agricole, via sa fondation, donnera 5 millions d’euros pour les mesures de sauvegarde d’urgence.

Autres dons significatifs : ceux de l’assureur Axa qui mobilisera une enveloppe de 10 millions d’euros, tout comme le laboratoire Sanofi.

La Française des Jeux a de son côté promis de laisser sa part – environ 2 millions d’euros – du loto de Pâques organisé samedi.

La société informatique française Capgemini a annoncé verser un million d’euros.

Quelques milliardaires français et étrangers ont également mis la main à la poche.

Les frères Bouygues, via leur holding familiale SCDM ont donné 10 millions d’euros, tout comme Marc Ladreit de Lacharrière qui contrôle la société d’investissement Fimalac, « pour la restauration de la flèche ».

La Brésilienne Lily Safra et la fondation au nom de son mari Edmond Safra, banquier syro-brésilien décédé en 1999, ont annoncé un don de 10 millions d’euros.

Henry Kravis, cofondateur du fonds d’investissement américain KKR, et son épouse Marie-Josée Kravis, « attristés par l’incendie », ont annoncé contribuer à hauteur de 10 millions de dollars (8,85 millions d’euros).

Une vente aux enchères de coffrets de vin Château Mouton Rothschild, dont le résultat devait être consacré à la rénovation du château de Versailles, sera finalement allouée à Notre-Dame. Elle a rapporté plus de 870.000 euros.

Enfin, 21 millions ont été récoltés par la Fondation de France et 11 millions auprès des particuliers par la Fondation du Patrimoine, deux organismes chargés de collecter de l’argent. Le centre des monuments nationaux a annoncé avoir reçu 1,2 million d’euros.

85 millions d’euros des collectivités

C’est la mairie de Paris qui a sorti le plus gros chèque avec 50 millions d’euros débloqués.

Les sept départements franciliens ont promis 20 millions d’euros, tandis que la région Ile-de-France a alloué une « aide d’urgence » de 10 millions d’euros.

Plusieurs régions françaises ont aussi contribué, plus modestement à l’effort : l’Auvergne (2 millions), l’Occitanie (1,5 million) et les Alpes-Maritimes (au moins un million). La métropole de Toulouse a aussi annoncé un don d’un million d’euros.

La somme pourrait grimper dans les prochains jours, d’autres régions ayant proposé de participer à la souscription nationale sans donner de montants chiffrés.

L’Association des Maires de France et l’Association des Petites villes de France ont aussi envoyé des communiqués pour appeler les communes au don.

Quelques dons symboliques de l’étranger

L’université catholique américaine University of Notre Dame, dans l’Indiana, a promis un don de 100.000 dollars pour « l’architecture gothique exquise » de l’église, selon son président.

La ville hongroise de Szeged qui s’estime redevable de l’aide apportée par Paris lors de terribles inondations en 1879 a annoncé donner 10.000 euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

  3. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite