Le boxeur Jarrell Miller contrôlé positif à deux mois du combat contre Anthony Joshua

©Photonews
©Photonews

Le poids lourd américain Jarrell « Big Baby » Miller a été contrôlé positif au GW1516, une substance interdite, alors qu’il doit (ou devait) affronter l’Anglais tenant du titre Anthony Joshua le samedi 1er juin au prestigieux Madison Square Garden de New York. La nouvelle révélée aux États-Unis par ESPN, a été confirmée par l’agence antidopage WADA, qui avait effectué le contrôle urinaire le 20 mars.

Le GW1516 est notamment un brûleur de graisse, mais procure aussi un gain non négligeable en endurance.

« Il est cependant encore trop tôt pour déjà se mettre à chercher un autre challenger », a commenté le promoteur du combat Eddie Hearn. « Il faut d’abord voir ce qui va maintenant se passer. On est en contact avec toutes les parties concernées… »

Dmitriy Salita, qui défend les intérêts de Miller, tient le même langage. L’Américain avait accusé Joshua de dopage dans le passé. Il va perdre des millions de dollars s’il n’est pas autorisé à boxer. Ce qui malgré les propos assez rassurants de Hearn et Salita, semble probable.

Delfine Persoon, championne du monde WBC, qui combattra pour le titre unifié des légers (-61,235 kg) contre l’Irlandaise Katie Taylor, double championne WBA et IBF, figure également à l’affiche de cette réunion.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite