Le boxeur Jarrell Miller contrôlé positif à deux mois du combat contre Anthony Joshua

©Photonews
©Photonews

Le poids lourd américain Jarrell « Big Baby » Miller a été contrôlé positif au GW1516, une substance interdite, alors qu’il doit (ou devait) affronter l’Anglais tenant du titre Anthony Joshua le samedi 1er juin au prestigieux Madison Square Garden de New York. La nouvelle révélée aux États-Unis par ESPN, a été confirmée par l’agence antidopage WADA, qui avait effectué le contrôle urinaire le 20 mars.

Le GW1516 est notamment un brûleur de graisse, mais procure aussi un gain non négligeable en endurance.

« Il est cependant encore trop tôt pour déjà se mettre à chercher un autre challenger », a commenté le promoteur du combat Eddie Hearn. « Il faut d’abord voir ce qui va maintenant se passer. On est en contact avec toutes les parties concernées… »

Dmitriy Salita, qui défend les intérêts de Miller, tient le même langage. L’Américain avait accusé Joshua de dopage dans le passé. Il va perdre des millions de dollars s’il n’est pas autorisé à boxer. Ce qui malgré les propos assez rassurants de Hearn et Salita, semble probable.

Delfine Persoon, championne du monde WBC, qui combattra pour le titre unifié des légers (-61,235 kg) contre l’Irlandaise Katie Taylor, double championne WBA et IBF, figure également à l’affiche de cette réunion.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite