Notre-Dame de Paris: la polémique sur la déduction fiscale est «minable», selon le patron du Medef

©EPA
©EPA

Après le violent incendie de Notre-Dame de Paris, des grandes fortunes et entreprises se sont mobilisées, promettant des centaines de millions d’euros pour la reconstruction de la cathédrale. Ces promesses de dons, qui approchent du milliard d’euros, suscitent les critiques. Certains dénoncent ainsi « une grande opération de communication » et « une générosité hypocrite », soulignant les déductions fiscales permises par les dons. Pour le patron des Mouvements des entreprises françaises (Medef), ces accusations sont « ridicules ».

Reconstruction de Notre-Dame : la famille Pinault renonce à sa réduction d’impôts sur son don de 100 millions d’euros

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, les procès d’intention concernant les dons des grandes fortunes de France pour bénéficier de déductions fiscales sont « ridicules ». « Il y a des gens qui donnent, que n’aurait-on entendu s’ils n’avaient pas donné, tout cela est minable », a-t-il réagi sur BFMTV, en évoquant un message posté sur Twitter par l’économiste Maxime Combes.

Interviewé par Le Soir, le militant pro-climat se dit écœuré par ces « personnes, à l’instar de Pinault ou Arnauld, qui ne payent par leurs impôts », évoquant un « Téléthon des milliardaires ». « Sur les 100 millions, ils payeront peut-être 10 millions d’euros pour une belle opération de communication pendant que les gens sont encore sous le choc », indique-t-il.

Selon le président du Medef, qui n’a pas mâché ses mots, s’il n’y avait pas de dons, « l’Etat devrait donner 100 % ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous