Diego Costa soupçonné d’avoir fraudé le fisc en Espagne

@News
@News

Après Neymar, Cristiano Ronaldo et Messi, le fisc espagnol soupçonne à présent le footballeur hispano-brésilien Diego Costa, attaquant de l’Atlético Madrid, d’avoir dissimulé des revenus et « lui réclame 1,1 million d’euros », affirme mercredi El Mundo.

Selon El Mundo, l’administration estime que le joueur de 30 ans a « dissimulé les revenus issus du contrat de sponsoring avec Adidas signé peu avant de rejoindre Chelsea » en 2014.

Costa avait alors abandonné l’Atlético pour rejoindre Chelsea à Londres. Puis il avait réintégré le club madrilène en 2018. Il n’a disputé que 16 matches (2 buts) en Liga, cette saison.

El Mundo assure avoir consulté des documents de l’administration fiscale espagnole montrant que cette dernière a accepté « de réduire considérablement le montant exigé au départ, qui s’élevait à 2,3 millions d’euros ».

De nombreuses personnalités du ballon rond ont eu des ennuis avec le fisc espagnol ces dernières années.

El Mundo avait annoncé en mars que le fisc espagnol enquêtait sur la prime de prolongation de Neymar au FC Barcelone et son retentissant transfert au Paris-SG en 2017.

En janvier, Cristiano Ronaldo a été condamné à une peine de deux ans de prison, qu’il n’aura pas à purger. Selon une source judiciaire, entre sanctions et remboursement du montant de l’évasion fiscale, l’affaire a coûté 18,8 millions à l’ancienne star du Real Madrid, aujourd’hui à la Juventus.

Et la grande star du FC Barcelone, Lionel Messi, a été condamnée pour sa part en 2016 à 2 millions d’euros d’amende et une peine de 21 mois de prison commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite