Reconstruire Notre-Dame de Paris sans sa flèche serait «l’amputer», selon un descendant de l’architecte Viollet-le-Duc

Reconstruire Notre-Dame de Paris sans sa flèche serait «l’amputer», selon un descendant de l’architecte Viollet-le-Duc

L’arrière arrière-petit-fils de l’architecte Eugène Viollet-le-Duc, qui avait reconstruit au XIXe la flèche de Notre-Dame de Paris, a estimé mercredi qu’il serait « très dommage » de ne pas rebâtir cette flèche, car « ce serait amputer la cathédrale d’un élément qui lui appartient ».

Le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé le lancement d’un « concours international d’architecture » pour déterminer s’il fallait reconstruire, et si oui comment, la flèche de Notre-Dame, détruite dans l’incendie qui a ravagé la cathédrale lundi soir.

Ce concours «permettra de trancher la question de savoir s’il faut reconstruire une flèche, s’il faut reconstruire la flèche qui avait été pensée et construite par Viollet-le-Duc à l’identique, ou s’il faut (doter) la cathédrale d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque», a-t-il ajouté.

Réagissant auprès de l’AFP à cette annonce, Jean-Marie Henriquet, 76 ans, a déclaré: «je trouve que la flèche était très belle et ce serait très dommage de ne pas la reconstruire du tout...»

«Il existe des photographies de Notre-Dame sans flèche, au début de la photographie, et quand on compare ces photos avec celles de Notre-Dame avec la flèche je trouve que c’est beaucoup plus élégant avec la flèche. Reconstruire le toit sans flèche, cela me semblerait une énormité», a-t-il estimé.

Notre-Dame de Paris: les promesses de dons se rapprochent des 850 millions d’euros

Conserver l’esthétique avec des matériaux modernes

«Quand vous regardez la cathédrale de face, ses deux tours sont assez lourdes, c’est imposant; et quand vous la regardez sur le côté et à l’arrière il y a quelque chose de beaucoup plus élancé, et cette flèche contribue à alléger et à élancer le bâtiment», a-t-il noté, estimant que «la flèche est partie intégrante» de la cathédrale.

Reconstruction de Notre-Dame : la famille Pinault renonce à sa réduction d’impôts sur son don de 100 millions d’euros

«Il faut remettre une flèche, que ce soit celle-là ou celle du XVIIIème siècle (...), mais je trouve que celle-là était très harmonieuse», a-t-il indiqué. «Ne pas reconstruire de flèche, ce serait amputer la cathédrale d’un élément qui lui appartient», a-t-il conclu.

M. Henriquet a estimé que le concours international d’architecture était «une bonne idée». «Réfléchir sur l’utilisation de matériaux contemporains qui soient mieux adaptés, à partir du moment où l’esthétique est respectée, cela me paraît une bonne idée et je pense que l’auteur de la flèche n’aurait pas été opposé à cette démarche», a-t-il dit en référence à son ancêtre.

L’architecte Eugène Viollet-le-Duc avait mené en 1859-1860 la reconstruction de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La flèche d’origine avait été construite en 1250, puis démontée dans les années 1786-1792.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite