Mathieu van der Poel remporte la Flèche Brabançonne: «C’est comme un rêve qui se réalise» (vidéo)

@Belga
@Belga

Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Corendon-Circus) a ajouté la Flèche Brabançonne à son palmarès en s’imposant dans un sprint à quatre devant le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck – Quick-Step), Tim Wellens (Lotto Soudal) et l’Australien Michael Matthews (Sunweb), mercredi à Overijse.

« J’avais de très bonnes jambes, j’étais confiant pour le sprint », a déclaré Mathieu van der Poel avant de monter sur le podium. « J’avais dit avant la saison des classiques que cette course était celle qui me convenait le mieux, je suis très heureux de cette victoire. Je suis aussi très fier. Je me suis imposé devant trois grands noms, c’est comme un rêve qui se réalise », a ajouté le coureur néerlandais de 24 ans, qui s’est adjugé la Flèche brabançonne 34 ans après son père Adrie van der Poel, vainqueur en 1985.

Adrie van der Poel avait aussi remporté l’Amstel Gold Race en 1990. Son fils sera au départ de la classique néerlandaise dimanche à Maastricht, et certains en font le favori de l’Amstel. « Ce n’est pas parce qu’on a gagné la Flèche brabançonne qu’on va remporter l’Amstel », dit Mathieu van der Poel. « C’est une autre course, mais la condition est bonne et je suis impatient de la disputer », dit le champion du monde de cyclo-cross.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite