Entre nous: Lambertz soutient moyennement Di Rupo et totalement Bouchez qui soutient Michel

Karl-Heinz Lambertz, sénateur socialiste, sur La Première ce mercredi matin
: «
Il ne faut jamais dire non définitivement en politique
».
Karl-Heinz Lambertz, sénateur socialiste, sur La Première ce mercredi matin : « Il ne faut jamais dire non définitivement en politique ». - Joakeem Carmans

Lambertz soutient moyennement Di Rupo…

Interrogé sur Matin Première (RTBF) à propos de l’exclusive d’Elio Di Rupo vis-à-vis de la N-VA (« Ce sera un gouvernement avec la N-VA sans le PS, ou avec le PS sans la N-VA »), Karl-Heinz Lambertz, sénateur socialiste, a plus que nuancé : « Je soutiens complètement Elio Di Rupo qui dit qu’il veut être dans un gouvernement sans la N-VA, mais à l’impossible nul n’est tenu… Il ne faut jamais dire non définitivement en politique ». Son président de parti, qui avait calibré sa mise au point anti-N-VA, a apprécié.

… et totalement Bouchez…

En revanche, interrogé à propos de la proposition de Georges-Louis Bouchez, délégué général du MR, qui, dans nos colonnes, avait appelé à constituer une Chambre des générations futures, composée de jeunes de 16 à 25 ans, le même Karl-Heinz Lambertz donc, y va d’un : « Je suis d’accord, je le soutiens ». Elio Di Rupo a réapprécié.

… qui soutient Michel

Georges-Louis Bouchez quant à lui, interrogé au même moment sur LN24, a lancé une campagne dans la campagne : la course au Seize. « Le MR a un candidat Premier ministre, Charles Michel », a-t-il dit. On pressent que les bleus vont marteler le message, et que Charles Michel lui-même finira par se poser publiquement en candidat à sa succession, à la tête d’une suédoise qui a coulé sans sombrer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite