Accueil Culture

Reconstruction de Notre-Dame de Paris: en Belgique, le mécénat pour le patrimoine reste marginal

En Belgique, le mécénat d’entreprise ne permettrait pas une opération de sauvetage du type « Notre-Dame ». Faut-il une loi fiscale qui y incite ? Ce serait sans doute trop cher payer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Avant même que les flammes de Notre-Dame s’éteignent, trois groupes français aux stratégies fiscales affûtées avaient mis sur la table un demi-milliard de « dons » afin d’œuvrer à la reconstruction. Des dons tous relatifs puisque depuis 2003 – art. 238 bis du Code général des impôts – ils sont compensés à hauteur de 60 % par une réduction d’impôt. Vous avez bien lu : en France, ces dons ne passent pas en frais généraux comme une dépense publicitaire. Bien mieux, on les déduit de l’impôt de société à concurrence de 60 cents pour chaque euro versé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Gallez Pierre, mercredi 17 avril 2019, 23:14

    si ces riches pour avoir une bonne conscience et pour le pouvoir y etre assimile c est une honte qi il donne alors aux exclus de n otre societe en les taxant nos dirigeants ont tellement peur que l argent parte ailleurs et ceci est valable pour les pays europeens qui restent nationalistes et n osent aucune taxationj juste sur ces fortunes

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs