Euro Hockey League: le Watducks bat Surbiton 4-2 aux shoot-outs et rejoint le Dragons en quart de finale

@Belga
@Belga

Qualifié aux shoot-outs face aux Anglais de Surbiton, le Waterloo Ducks a rejoint le Dragons en quarts de finale de l’Euro Hockey League (EHL), mercredi à Eindhoven, aux Pays-Bas. Deuxième des trois clubs belges à rentrer en lice dans la compétition majeure des clubs européens, les Waterlootois se sont en effet imposés 4-2 au terme du périlleux exercice des shoot-outs face aux anciens champions d’Angleterre après que la partie se soit terminée sur un partage 1-1 au terme du temps réglementaire. Dragons et Watducks seront ainsi opposés samedi, assurant ainsi la présence d’un club belge dans le dernier carré dimanche.

Retrouvant l’EHL après quatre ans d’absence, le Watducks s’octroya les premières occasions, avec notamment un 1er pc tiré hors cadre par Gauthier Boccard, mais l’ouverture du score vint du camp adverse dans le deuxième quart-temps. Le club anglais ouvrit la marque par David Goodfield, à la reprise d’un centre suite à un débordement sur son aile droite (23e). L’égalisation intervint trois minutes plus tard, Renaud Pangrazio récupérant une perte de balle dans la défense de Surbiton pour adresser dans la foulée un tir de revers laissant pantois le gardien adverse (26e).

Les joueurs de Xavier De Grève, sous la commande surtout de Simon Gougnard, ont bien tenté de prendre l’avance en deuxième mi-temps, mais chacune de leurs tentatives, dont deux pc dans le troisième quart, n’ont rien donné, laissant la décision se faire aux shoot-outs.

Menant 3-2 après des essais convertis de Boccard, van Stratum et Dohmen, Romain Penelle offrit la qualification à son club de cœur en prenant à son compte victorieusement le 5e duel à un contre un face au gardien anglais Harry Gibson.

Plus tôt dans la journée, le Dragons avait éliminé les Irlandais de Three Rock Rovers par 4 buts à 2. Les Anversois joueront samedi en quarts de finale face aux Waterlootois pour une place dans le Finale Four de la compétition.

Dernier club belge engagé, le Léopold trouvera lui jeudi (15h00) sur sa route le vice-champion d’Espagne du Polo de Barcelone, avant d’éventuellement rencontrer le vainqueur du duel entre les Français de Saint-Germain et les Espagnols d’Egara en quarts samedi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. FILES-BRITAIN-ENTERTAINMENT-TERRY JONES

    Monty Python: Terry l’enchanteur a trouvé le sens de la vie

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite