Pas de fusion UCL/Saint-Louis, pas de fusion Erasme/Bordet: dernière crise entre le PS et le CDH

Anna Greoli et Jean-Paul Marcourt s’étaient déjà heurtés en décembre.
Anna Greoli et Jean-Paul Marcourt s’étaient déjà heurtés en décembre. - Photo News

Le dossier a été enterré en toute discrétion, au milieu des vacances de Pâques… La fusion dont rêvaient l’UCL et Saint-Louis ne sera plus scellée durant cette législature. La communication officielle, à l’issue du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, vendredi dernier, pointait comme bouc émissaire le conseil d’Etat. Ses remarques, lourdes, sur le projet de décret rédigé par le cabinet Marcourt en vue d’autoriser le mariage, ne pouvaient être rencontrées ni surtout adoptées lors d’une des deux dernières séances plénières du Parlement francophone… « Mais tout cela a été acté dans le calme et la sérénité, sans claquement de porte », nous assure-t-on. Une allusion à la crise de décembre, lorsqu’un premier blocage sur le dossier avait fait vaciller l’exécutif Demotte – dans l’indifférence générale, démission imminente de la suédoise oblige.

En réalité, ce n’est pas place Surlet de Chokier que le ton est monté mais quelques jours avant, lors d’une réunion au sommet entre les deux « partenaires » de majorité. Autour de la table : les deux présidents (signe que l’heure est grave), Elio Di Rupo et Maxime Prévot, flanqués des principaux concernés, Rudy Demotte, Alda Greoli et Jean-Claude Marcourt. Mais aussi de Laurette Onkelinx (présidente de la Fédération bruxelloise du PS) et de Céline Fremault (ministre régionale, CDH).

► Comment le PS et le CDH ont enterré les fusions: notre décodage à lire sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous