Accident d’un bus touristique à Madère: le bilan s’alourdit à 29 morts (photos)

© AFP
© AFP

Le bilan de l’accident de bus transportant des touristes allemands survenu mercredi sur l’île portugaise de Madère a été porté à 29 morts après le décès d’une femme à l’hôpital de Funchal, a annoncé le médecin Pedro Freitas lors d’une conférence de presse.

Un précédent bilan établi par la protection civile faisait état de 28 morts, tous de nationalité allemande, et autant de blessés.

Une cinquantaine de personnes voyageaient à bord de l’autocar lors de l’accident, qui s’est produit dans la commune de Santa Cruz située à l’est de Funchal, la capitale de l’archipel. Parmi les morts figurent 11 hommes et 18 femmes, âgées de 40 à 50 ans en moyenne.

Perte de contrôle du véhicule

Pour des raisons restant à établir, le chauffeur du bus a perdu le contrôle du véhicule qui est sorti de la route et a fait des tonneaux. Les autorités judiciaires ont ouvert une enquête sur les circonstances de l’accident et des équipes de l’institut médico-légal devaient être dépêchées sur place depuis la capitale afin d’aider les autorités de Madère à réaliser les autopsies des victimes.

La compagnie de transport a qui appartient le bus accidenté a fait part de son intention de coopérer avec les autorités pour déterminer les raisons de la perte de contrôle du véhicule.

Trois jours de deuil

Le gouvernement régional de l’île portugaise de Madère a déclaré trois jours de deuil à la suite de l’accident de bus. Le deuil sera observé de jeudi à samedi, une période durant laquelle les drapeaux officiels seront en berne, selon les autorités de cette région autonome.

©AFP
©AFP

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Désastres et accidents|Marcelo Rebelo de Sousa
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite