La Sûreté de l’Etat recense près d’une centaine d’organisations salafistes en Belgique

A la Grande mosquée de Bruxelles, le prêche d'un imam saoudien a crée la polémique en avril © D.R.
A la Grande mosquée de Bruxelles, le prêche d'un imam saoudien a crée la polémique en avril © D.R.

La Sûreté de l’Etat recense environ 100 organisations salafistes en Belgique, tant des mosquées que des centres religieux ou d’enseignement, évoque De Tijd jeudi.

L’islam du «juste milieu», un terme moins neutre qu’il n’y paraît

Le service de renseignement a identifié parmi toutes ces organisations plusieurs indicateurs préoccupants comme le fait qu’un imam salafiste assure le prêche, que les directeurs sont des partisans du salafisme, que les lieux sont financés par une organisation salafiste ou que les visiteurs s’inscrivent dans la mouvance salafiste.

Une augmentation de groupes liés au salafisme

Il n’y a pas de données chiffrées annuelles sur les organisations salafistes. Mais en Belgique «il y a effectivement une augmentation de groupes et initiatives liés au salafisme», a répondu la Sûreté de l’Etat à une question parlementaire adressée au ministre de la Justice Koen Geens.

Toutefois, l’organisme public nuance ses conclusions. La production conséquente de messages salafistes sur internet offre plus de visibilité à ce courant qu’aux voix modérées de l’Islam. Or seule une minorité est concernée au sein de la population musulmane en Belgique.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite