Père Gilbert sur les dons promis pour Notre-Dame: «Faut-il que les SDF s’enflamment pour qu’on les aide?»

© VDN
© VDN

Devant l’afflux vertigineux des dons pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par un violent incendie, Père Gilbert a poussé un coup de gueule ce jeudi dénonçant l’inaction des grandes fortunes et des particuliers face à d’autres problèmes sociétaux « plus importants ». « Faudrait-il que les SDF s’enflamment pour qu’on leur vienne en aide aussi rapidement ? », a-t-il lancé à Sudpresse.

« Je pleure dans mon cœur pour Notre-Dame mais nous avons de plus en plus de mains qui se tendent pour nous réclamer de l’aide », a fustigé Guy Gilbert, qui sera prochainement intronisé chanoine de Notre-Dame de Paris par l’archevêque de Paris, Michel Aupetit.

La maire de Paris se livre dans un long entretien exclusif au « Soir », retrouvez l’entièreté sur Le Soir+.

« Tous les présidents nous ont à chaque fois promis qu’ils feraient tout pour qu’il n’y ait plus de SDF dans nos rues mais rien ne se fait. Alors bravo pour les pierres mais il faudrait peut-être d’abord s’occuper des humains », a-t-il déclaré.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite