Liga: la semaine du titre pour le FC Barcelone?

©Photonews
©Photonews

Le FC Barcelone y est presque : le leader du Championnat d’Espagne n’a besoin que de trois victoires sur les six dernières journées pour s’assurer le titre, qu’il pourrait conquérir dans les prochains jours… à condition de battre la Real Sociedad samedi.

Avec la 33e journée ce week-end, le Barça débute une semaine décisive marquée par trois matches de Liga successifs : en gagnant les deux premiers, samedi à domicile puis mardi contre Alavés, l’équipe d’Ernesto Valverde pourrait s’adjuger le titre au Camp Nou le 27 avril contre Levante, sans dépendre de personne.

« Il faut plier le championnat et décrocher le titre le plus tôt possible, sans nous relâcher », a résumé mardi le capitaine Lionel Messi. Son Barça est en lice pour un retentissant triplé Championnat-Coupe-Ligue des champions, comme en 2009 et 2015, mais il reste à porter l’escarmouche.

Lutte madrilène pour la deuxième place

Au classement de Liga, les choses sont bien engagées : le club blaugrana (1er, 74 pts) a neuf longueurs d’avance sur l’Atlético Madrid (2e, 65 pts) et l’avantage d’une différence de buts particulière favorable en cas d’égalité.

Reste à savoir si l’Atleti maintiendra la pression jusqu’au bout : les « Colchoneros » se déplacent samedi à Eibar sans leur meilleur buteur Antoine Griezmann, suspendu pour accumulation de cartons jaunes.

L’équipe de Diego Simeone espère néanmoins maintenir son avance sur le Real Madrid de Zinédine Zidane (3e, 61 pts), qui reçoit dimanche l’Athletic Bilbao dans une fin de saison en roue libre pour la « Maison blanche ».

Du frisson, il y en a davantage pour le gain de la quatrième et dernière place qualificative pour la Ligue des champions : pour l’instant, elle est occupée par Séville (4e, 52 pts) qui reçoit dimanche son poursuivant Getafe (5e, 51 pts). Et c’est Valence (6e, 49 pts), opposé au Betis Séville, qui pourrait en profiter.

Enfin, la bataille fait rage en bas de tableau, où une équipe comme Gérone (14e, 34 pts) reste à portée du premier relégable Valladolid (18e, 31 pts).

Le programme de 33e journée :

Vendredi 19 avril :

(21h00) Alavés – Valladolid

Samedi 20 avril :

(13h00) Celta Vigo – Gérone

(16h15) Eibar – Atlético Madrid

(18h30) Rayo Vallecano – Huesca

(20h45) FC Barcelone – Real Sociedad

Dimanche 21 avril :

(12h00) Levante – Espanyol Barcelone

(14h00) Getafe – Séville FC

(16h15) Real Madrid – Athletic Bilbao

(18h30) Villarreal – Leganés

(20h45) Betis Séville – Valence

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  2. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

  3. Thomas Gunzig, Laurent Durieux et Jaco Van Dormael ont bourdonné d’idées autour de la table à dessin de François Schuiten.

    Le making-of du nouvel album de Blake & Mortimer, «Le Dernier Pharaon»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite