ATP Monte-Carlo: Medvedev remporte le choc Next Gen du jour contre Tsisipas

©AFP
©AFP

Le Russe Daniil Medvedev, 23 ans (14e mondial), a remporté jeudi le choc des jeunes stars de la génération montante face au Grec Stefanos Tsitsipas, 20 ans (8e), et gagné sa place pour les quarts de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo.

En ouverture de cette 5e journée consacrée aux 8es de finale, Medvedev s’est imposé en 1h45 au terme d’un match étrange nettement dominé tour à tour par chacun des joueurs : 6-2, 1-6, 6-4. Il semble bien être la bête noire de Tsitsipas contre qui il mène désormais 4 victoires à 0.

« C’est un grand résultat pour moi, je ne pensais pas réussir à gagner face à lui aujourd’hui parce que c’est un grand joueur de terre battue alors que moi mon truc c’est plutôt le dur », a commenté Medvedev qui affrontera au prochain tour le N.1 mondial Novak Djokovic ou l’Américain Taylor Fritz (65e).

Mis en difficulté par le vent

Comme le mistral qui balayait le court Rainier III, Medvedev a mis un vent à Tsitsipas dans le premier set. Plus solide, auteur de jolis coups en puissance comme en toucher, le Russe a facilement empoché la première manche, aidé par les nombreuses erreurs de Tsitsipas.

Mais le rapport de forces s’est inversé dès l’entame de la deuxième manche, remportée par le Grec, solide sur ses jeux de service et inspiré dans les échanges. Medvedev a confié « avoir eu beaucoup de mal » à s’adapter au vent dans cette manche.

Les forces se sont enfin équilibrées dans la 3e manche : Tsitsipas a breaké pour mener 2-1, mais a perdu son service dans la foulée (2-2) sur un smash sorti de trois mètres.

Les deux joueurs ont ensuite remporté chacun leur mise en jeu jusqu’à 5-4 pour Medvedev qui a obtenu dans la foulée trois balles de match sur service adverse. Sur la 2e, Tsitsipas a commis une double faute et laissé le Russe passer en quarts.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10791246-060

    Par Yves Simon, envoyé spécial à Paris

    Grands Chelems

    Roland-Garros a enfin entamé sa grande mutation (photos)

  • «
Vous entendez Paris
? Je suis de retour
», semble dire Rafael Nadal

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Rome: Rafael Nadal enfin sacré et au meilleur moment!

  • Une rareté sur le circuit
: Federer qui renonce.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    ATP Rome: Roger Federer, le principe de précaution

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite