Amstel Gold Race: BORA-hansgrohe avec un duo Peter Sagan – Maximilian Schachmann

©Photonews
©Photonews

Ce n’est pas tous les ans que le mois de mai approche sans qu’aucune classique n’ait été remportée par Peter Sagan, qui n’aura plus tellement d’occasions de satisfaire ses exigeants patrons allemands. La 54e Amstel Gold est la prochaine, dimanche dans le Limbourg néerlandais, où ne s’est encore jamais imposé le triple champion du monde.

Sa cinquième participation à l’épreuve du World Tour sera-t-elle la bonne ? Beaucoup en doutent. Mais le Slovaque, troisième en 2012, et quatrième l’année passée, n’est pas le seul atout de son équipe, qui peut aussi compter sur Maximilian Schachmann, un transfuge de Quick-Step.

Ce dernier n’était certes que 105e, la seule fois qu’il a pris le départ, en 2017. Mais il est actuellement dans la forme de sa vie, avec à son actif trois victoires d’étapes au Tour du Pays Basque (WorldTour), une au Tour de Catalogne (WorldTour), et son succès au GP Industria & Artigianato (1.HC), cette saison.

« L’Amstel Gold Race est sans doute la course qui me convient le mieux », estime le Berlinois. Sagan et Schachmann auront pour équipiers les Italiens Cesare Benedetti et Daniel Oss, l’Autrichien Patrick Konrad, l’Australien Jay McCarthy et l’Allemand Marcus Burghardt.

La sélection de BORA-hansgrohe :

Marcus Burghardt (All), Jay McCarthy (Aus), Peter Sagan (Svq), Cesare Benedetti (Ita), Patrick Konrad (Aut), Daniel Oss (Ita), Maximilian Schachmann (All)

Movistar avec Valverde en leader

À près de 39 ans le champion du monde en titre Alejadro Valverde (Movistar), quadruple vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, et quintuple vainqueur de la Flèche Wallonne, n’a en revanche toujours pas inscrit son nom au palmarès de la troisième grande Classique ardennaise, qu’il a pourtant déjà disputée onze fois (2e en 2013 et 2015, 3e en 2008).

L’Espagnol sera épaulé dimanche par ses compatriotes Carlos Barbero, Jaime Castrillo, Imanol Erviti et Carlos Verona. Les autres sélectionnés sont le costaricain Andrey Amador et le Colombien Carlos Betancur, vainqueur de la Klasika Primavera d’Amorebieta (cat 1.1) le week-end dernier.

La sélection de Movistar :

Alejandro Valverde (Esp), Andrey Amador (C-R), Carlos Barbero (Esp), Carlos Betancur (Col), Jaime Castrillo (Esp), Imanol Erviti (Esp), Carlos Verona (Esp)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Arnaud Démare (à dr.) domine Elia Viviani (à g.).

    Par Eric Clovio

    Route

    Giro: Arnaud Démare ouvre son compteur

  • PHOTONEWS_10784342-227

    Par Eric Clovio

    Route

    Tour d’Italie: Vincenzo Nibali revoit la vie en rose

  • photo news

    Par Eric Clovio

    Route

    Tadej Pogacar, plus précoce que Peter Sagan et Egan Bernal

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite