«Game Over»: Trump exulte et se réfère (encore) à Game of Thrones

«Game Over»: Trump exulte et se réfère (encore) à Game of Thrones

Une photo de lui de dos sur fond d’un épais brouillard et au premier plan, le titre détourné de « Game of Thrones » : Donald Trump a de nouveau fait référence jeudi à la célébrissime série, après que son ministre de la Justice l’a blanchi de toute collusion avec la Russie.

Aussitôt terminée la conférence de presse de Bill Barr, qui a aussi assuré que M. Trump n’avait pas entrepris d’action pour contrarier l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, le président américain a tweeté ce montage clairement préparé à l’avance.

« Pas de collusion, pas d’obstruction. Pour les rageux et les démocrates de la gauche radicale, c’est Game Over », est-il écrit sur l’affiche, où le « o » de « Over » est barré de trois bandes verticales comme dans le générique de la série de la chaîne HBO.

C’est la troisième fois que Donald Trump fait référence à la série dont la huitième et dernière saison vient de reprendre.

En novembre, pour saluer le prochain rétablissement des sanctions contre l’Iran, il avait notamment posté une affiche le montrant en train de marcher, costume bleu nuit et cravate rouge, avec la mention « Les sanctions viennent » (« Sanctions are coming » en anglais) en référence à « Winter is coming », titre du premier épisode de la série blockbuster.

Son tweet de jeudi a été largement partagé, certains internautes attirant l’attention de HBO sur cette « violation de la propriété intellectuelle » tandis que d’autres s’amusaient à spéculer sur le type de personnage que le président aurait pu jouer dans la série.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La méthode d’estimation de la Commission est remise en cause.

    Budget: et si l’Italie n’était pas hors-la-loi?

  2. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite