Rapport Mueller: «Je suis foutu», déclarait Trump à l’annonce de l’ouverture de l’enquête russe

Rapport Mueller: «Je suis foutu», déclarait Trump à l’annonce de l’ouverture de l’enquête russe

Lorsque le procureur spécial Robert Mueller a été nommé en mai 2017 pour enquêter sur une possible collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump, ce dernier a réagi en se disant « foutu », selon le rapport sur l’enquête russe rendu public jeudi.

> Trump a cherché à limoger le procureur chargé de l’enquête russe, selon le rapport Mueller

« Oh mon Dieu. C’est terrible. C’est la fin de ma présidence. Je suis foutu », a réagi le président américain dans le Bureau ovale de la Maison Blanche le 17 mai 2017, quand son ministre de la Justice de l’époque, Jeff Sessions, lui a appris la nomination du procureur spécial.

Donald Trump « s’est écroulé dans son fauteuil », précise le rapport du procureur Mueller, qui s’appuie ici sur des notes prises par le directeur de cabinet de M. Sessions.

Le président s’en est ensuite pris à Jeff Sessions, lui reprochant, avec colère, de ne pas l’avoir « protégé ».

> L’intégralité du rapport Mueller

« La pire chose qui me soit arrivée »

« Comment t’as pu laisser faire ça Jeff ??? «, a demandé M. Trump. « Tout le monde me dit que si vous avez un de ces procureurs spéciaux, ça vous gâche la présidence. Ça prend des années et des années, je ne pourrai rien faire. C’est la pire chose qui me soit arrivée ».

Jusqu’à son limogeage en novembre 2018, Donald Trump n’a cessé de reprocher à son ministre de la Justice de s’être récusé de l’enquête russe.

C’est son adjoint, Rod Rosenstein, qui était chargé de la superviser.

Toujours selon le rapport, en juin 2017, le président américain a « ordonné » au chef des services juridiques de la Maison Blanche, Don McGahn, d’accuser Robert Mueller de « conflits d’intérêts » et de demander « sa révocation ». M. McGahn a refusé de s’y plier, écrit le procureur spécial dans son rapport.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite