L’Europa League en vidéos: Naples éliminé par Arsenal (0-1), Chelsea a dominé le Slavia Prague (4-3)

Après deux soirées de rêve en Ligue des champions, les manches retours des quarts de finale de l’Europa League ont également fourni une sacrée dose de spectacle.

Naples – Arsenal

Ramsey et, de manière involontaire, Koulibaly (CSC), avaient déjà permis aux Gunners de prendre une option sur la qualification dès le match aller. Ce jeudi soir, Dries Mertens, remplaçant au coup d’envoi mais sur la pelouse après le repos, et les Napolitains n’avaient qu’un objectif : renverser le club londonien et se qualifier pour le dernier carré de l’Europa League. Mais, après 36 minutes, Lacazette a surpris les visités sur un coup de pied arrêté. C’était le seul goal de la soirée, au grand des supporters visités.

0-1 (Lacazette)

Chelsea – Slavia Prague

Invaincu en Europa League depuis le 11 avril 2013 (3-2 au Rubin Kazan), Chelsea a conservé son statut ce jeudi soir. Le club d’Eden Hazard, titulaire et remplacé par Willian à la 65e, a même égalé le record de l’Atlético Madrid (15 matches consécutifs sans défaite). À l’aller, Alonso avait déjà permis aux Blues de prendre déjà une sacrée option sur la qualification (0-1). Et ce jeudi soir, Pedro, Deli (CSC) et Giroud ont annihilé tout suspense après 17 minutes de jeu face au Slavia Prague. Le show offensif s’est ensuite poursuivi, comme vous pouvez le voir en vidéos.

1-0 (Pedro)

2-0 (Deli CSC)

3-0 (Giroud)

3-1 (Soucek) puis 4-1 (Pedro)

4-2 (Sevcik)

4-3 (Sevcik)

Valence – Villareal

Valence, qui devance largement Villareal en Liga espagnole, a largement dominé l’équipe madrilène en quart de finale aller de l’Europa Ligue (1-3), la semaine passée. Le retour à Mestalla n’était donc qu’une simple formalité, Lato ayant ouvert la marque à la 13e. En début de second acte, Parejo a fait le break.

Francfort – Benfica

Malgré les deux roses d’écart, il y a eu du suspense à Francfort (2-4 contre Benfica à l’aller, dont un triplé du jeune Joao Félix) qui a finalement renversé son adversaire portugais.

La suite du programme

Les demi-finales se disputeront les 2 et 9 mai. Arsenal affrontera Valence. Quant à Francfort, le club allemand jouera face à Chelsea et Eden Hazard avec l’objectif de poursuivre son formidable parcours européen.

La finale est prévue le mercredi 29 mai au Stade olympique de Bakou.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite