«Incident terroriste» en Irlande du Nord: une journaliste qui couvrait des violences à Londonderry tuée par balles

Image d’illustration ©Reuters
Image d’illustration ©Reuters

Une femme est décédée dans « un incident terroriste » à Londonderry en Irlande du Nord, a confirmé la police britannique à l’aube vendredi. Des émeutes ont émaillé la soirée de jeudi dans le quartier de Creggan après des perquisitions menées dans des habitations. Plusieurs journalistes ont affirmé que la victime était Lyra McKee, elle-même journaliste.

« Je peux confirmer avec tristesse que suite à des coups de feu tirés ce soir à Creggan, une femme de 29 ans a été tuée », a indiqué l’assistant du gendarme en chef, Mark Hamilton, dans un message partagé par la police d’Irlande du Nord sur Twitter. « Nous traitons ceci comme un incident terroriste et nous avons lancé une enquête pour meurtre », poursuit le commentaire.

Deux heures auparavant, la police avait fait un appel au calme après avoir constaté des coups de feu et des bombes artisanales à essence dans le quartier de Creggan à Londonderry, aussi appelée Derry par les Irlandais républicains opposés au pouvoir britannique.

Le profil de la journaliste

Plusieurs journalistes ont affirmé que la victime était Lyra McKee, elle-même journaliste. Selon l’agence littéraire Janklow & Nesbit, Mme McKee est née à Belfast et a beaucoup écrit sur le conflit nord-irlandais et ses conséquences.

Sur son compte Twitter, elle a posté jeudi en début de soirée une photo qui semble présenter les violences de Londonderry au cours de la nuit.

« Je me tenais à côté de cette jeune femme quand elle est tombée à côté d’une Land Rover », a tweeté la journaliste du Belfast Telegraph Leona O’Neill. « J’ai appelé une ambulance pour elle mais la police l’a mise à l’arrière du véhicule et l’a emmenée à l’hôpital où elle est décédée ».

Un « acte insensé »

Arlene Foster, la cheffe du parti unioniste nord-irlandais DUP, a rapidement condamné les faits, évoquant un « acte insensé » et des « nouvelles déchirantes ». Le parti nationaliste irlandais Sinn Féin a également condamné « sans réserve » ces faits, qualifiant le décès de la jeune femme d’« attaque contre toute la communauté, contre le processus de paix, et contre l’accord du Vendredi Saint », signé en 1998 pour mettre fin aux Troubles, en vertu duquel le pouvoir dans la province est partagé entre le Sinn Fein et le DUP.

Ces violences surviennent en amont du week-end de Pâques, au cours duquel les Républicains célèbrent le soulèvement survenu à travers Dublin en 1916, qui avait abouti à la proclamation d’une république d’Irlande, le lundi de Pâques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite