«Incident terroriste» en Irlande du Nord: une journaliste qui couvrait des violences à Londonderry tuée par balles

Image d’illustration ©Reuters
Image d’illustration ©Reuters

Une femme est décédée dans « un incident terroriste » à Londonderry en Irlande du Nord, a confirmé la police britannique à l’aube vendredi. Des émeutes ont émaillé la soirée de jeudi dans le quartier de Creggan après des perquisitions menées dans des habitations. Plusieurs journalistes ont affirmé que la victime était Lyra McKee, elle-même journaliste.

« Je peux confirmer avec tristesse que suite à des coups de feu tirés ce soir à Creggan, une femme de 29 ans a été tuée », a indiqué l’assistant du gendarme en chef, Mark Hamilton, dans un message partagé par la police d’Irlande du Nord sur Twitter. « Nous traitons ceci comme un incident terroriste et nous avons lancé une enquête pour meurtre », poursuit le commentaire.

Deux heures auparavant, la police avait fait un appel au calme après avoir constaté des coups de feu et des bombes artisanales à essence dans le quartier de Creggan à Londonderry, aussi appelée Derry par les Irlandais républicains opposés au pouvoir britannique.

Le profil de la journaliste

Plusieurs journalistes ont affirmé que la victime était Lyra McKee, elle-même journaliste. Selon l’agence littéraire Janklow & Nesbit, Mme McKee est née à Belfast et a beaucoup écrit sur le conflit nord-irlandais et ses conséquences.

Sur son compte Twitter, elle a posté jeudi en début de soirée une photo qui semble présenter les violences de Londonderry au cours de la nuit.

« Je me tenais à côté de cette jeune femme quand elle est tombée à côté d’une Land Rover », a tweeté la journaliste du Belfast Telegraph Leona O’Neill. « J’ai appelé une ambulance pour elle mais la police l’a mise à l’arrière du véhicule et l’a emmenée à l’hôpital où elle est décédée ».

Un « acte insensé »

Arlene Foster, la cheffe du parti unioniste nord-irlandais DUP, a rapidement condamné les faits, évoquant un « acte insensé » et des « nouvelles déchirantes ». Le parti nationaliste irlandais Sinn Féin a également condamné « sans réserve » ces faits, qualifiant le décès de la jeune femme d’« attaque contre toute la communauté, contre le processus de paix, et contre l’accord du Vendredi Saint », signé en 1998 pour mettre fin aux Troubles, en vertu duquel le pouvoir dans la province est partagé entre le Sinn Fein et le DUP.

Ces violences surviennent en amont du week-end de Pâques, au cours duquel les Républicains célèbrent le soulèvement survenu à travers Dublin en 1916, qui avait abouti à la proclamation d’une république d’Irlande, le lundi de Pâques.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  3. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite