L’homme arrêté à la cathédrale de New York avec de l’essence projetait de partir à Rome

Il enseignait la philosophie et avait acheté un billet d’avion pour Rome : quelques détails ont émergé jeudi sur l’homme arrêté la veille à la cathédrale Saint-Patrick de New York avec deux bidons d’essence et des briquets, deux jours après l’incendie de Notre-Dame de Paris.

La police a identifié jeudi comme Marc Lamparello, 37 ans, le suspect qu’elle avait interpellé mercredi vers 20 heures locales à l’entrée de la cathédrale néo-gothique de la 5e Avenue, au cœur de Manhattan.

M. Lamparello devait être présenté à un juge pour être inculpé de trois chefs d’accusation : tentative d’incendie, mise en danger de la vie d’autrui et effraction, a indiqué jeudi soir un porte-parole de la police, sans pouvoir préciser quand l’inculpation aurait lieu.

► Toutes nos informations sur l’incendie de Notre-Dame de Paris

Pas de liaison avec un groupe terroriste

« Il semble qu’il n’y ait aucune connexion avec un groupe terroriste ou aucune intention liée au terrorisme », a déclaré aux journalistes le commissaire adjoint de la police new-yorkaise, John Miller.

Mais les motivations de cet homme, qui enseignait la philosophie à mi-temps pour l’université new-yorkaise de Lehman, restent à éclaircir. Selon le New York Times, il a été hospitalisé pour une évaluation psychiatrique.

D’après M. Miller, les images des caméras de surveillance ont montré que le suspect avait tourné autour de la cathédrale dans sa camionnette pendant plus d’une heure avant de se garer à proximité du bâtiment. Il a ensuite marché dans les environs avant de revenir prendre les bidons d’essence dans son véhicule.

C’est en entrant dans le bâtiment qu’il a été interpellé par les agents de sécurité, qui ont prévenu la police.

Une panne de voiture

Aux policiers qui l’interrogeaient sur ses bidons d’essence, M. Lamparello avait indiqué avoir voulu prendre un raccourci par la cathédrale après être tombé en panne d’essence avec sa voiture.

Mais la police, après avoir contrôlé son véhicule, avait constaté qu’il ne manquait pas d’essence et l’avait arrêté.

M. Miller a par ailleurs confirmé jeudi que M. Lamparello avait, avant son interpellation, acheté un billet d’avion pour Rome, dont le départ était prévu jeudi après-midi.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

  3. Selon les dernières estimations, l’Europe des nations et des libertés, groupe auquel appartiennent notamment la Ligue de Salvini, le Rassemblement national de Le Pen, le FPÖ du déchu Strache, le Vlaams belang, les Allemands de l’AfD et le Parti pour la liberté de Wilders, obtiendrait 75 sièges sur les 751.

    Elections européennes: la droite radicale populiste va-t-elle dominer le scrutin européen?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite