Le MR tente d’arracher in extremis une fusion UCLouvain - Saint-Louis

Anna Greoli et Jean-Paul Marcourt s’étaient déjà heurtés en décembre. - Photo News
Anna Greoli et Jean-Paul Marcourt s’étaient déjà heurtés en décembre. - Photo News

Le MR a annoncé vendredi déposer au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles une proposition de décret organisant la fusion de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain) et de l’Université Saint-Louis-Bruxelles (USL-B), sur laquelle la majorité PS-cdH ne s’entendrait plus.

>Pas de fusion UCL/Saint-Louis, pas de fusion Erasme/Bordet: dernière crise entre le PS et le CDH

Le texte, qui selon le MR «tient compte des remarques émises par le Conseil d’État» sur le projet du ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS), «peut parfaitement encore être voté d’ici la fin de la législature», affirment les députés réformateurs Françoise Bertieaux et Jean-Paul Wahl dans un communiqué.

Le gouvernement Demotte-Greoli avait approuvé en décembre dernier une première lecture du projet de fusion, tout en envisageant l’intégration de la Haute école de communication sociale Ihecs au sein de l’ULB. Cette intégration est vue comme un contre-poids libre-exaministe à une consolidation du pilier catholique en terre bruxelloise.

«La fusion aura lieu une fois les deux universités prêtes»

Or, le projet de décret a été enterré ces derniers jours par le PS et le cdH au cours d’un marchandage de fin de législature qui a débouché sur un refus du cdH de fusionner - dans la réorganisation du paysage hospitalier à Bruxelles - l’institut Bordet et l’hôpital Erasme (ULB), avait dévoilé Le Soir jeudi.

«Les partenaires du gouvernement PS-cdH ne parvenant pas à trouver un accord, le MR prend ses responsabilités», affirment Mme Bertieaux et M. Wahl.

Leur proposition de décret, toutefois, ne concerne que la fusion de l’UCLouvain et de Saint-Louis.

«Ce cadre décrétal pourra être complété ultérieurement en vue d’organiser les éventuelles fusions issues de discussions en cours entre l’ULB et l’Ihecs, mais qui actuellement ne sont pas suffisamment abouties pour envisager la concomitance des deux fusions dans une même proposition de décret», argumentent les députés MR.

Ils font valoir la prise en compte de deux remarques principales du Conseil d’Etat, à travers la suppression de l’impossibilité imposée pendant cinq ans à Saint-Louis de recevoir les habilitations pour organiser de nouveaux programmes d’études dans son périmètre, ainsi que la suppression d’une date d’entrée en vigueur. Selon la proposition de décret libérale, «la fusion aura lieu une fois les deux universités prêtes.»

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite