Les serres de Laeken ouvrent au public dès ce vendredi pour trois semaines

Les serres de Laeken ouvrent au public dès ce vendredi pour trois semaines

Les serres royales de Laeken seront à nouveau ouvertes au public à partir de ce vendredi soir. Comme chaque printemps, les visiteurs pourront découvrir pendant trois semaines les milliers de plantes installées dans le «palais de verre» qui jouxte le château.

Tout au long de l’année, 15 jardiniers s’occupent à temps plein des serres de Laeken, visitées l’an dernier par 113.000 personnes.

La collection comprend encore des plantations originelles du roi Léopold II, notamment une partie des 300 camélias, une sélection exceptionnelle, rappelle Michel Dekens, régisseur du domaine royal de Laeken.

Mais rien que les serres elles-mêmes valent le déplacement. Conçues en 1873 par l’architecte Alphonse Balat, elles impressionnent par leurs dimensions: «1,5 hectare de superficie, avec une surface de 2,5 hectares de verre. Il y a 700 mètres entre le point le plus éloigné et le château», souligne M. Dekens.

Les serres resteront accessibles au public jusqu’au vendredi 10 mai. Un parcours privilégié a été aménagé pour les personnes à mobilité réduite.

Le droit d’entrée s’élève à 2,50 euros pour les plus de 18 ans. Les heures d’ouvertures et autres détails pratiques figurent sur le site www.monarchie.be

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite