Chantage à l’empoisonnement: des contrôles supplémentaires chez Jules Destrooper

©Marc Demeure / La Voix du Nord
©Marc Demeure / La Voix du Nord

Le contrôle d’accès au site de production de la biscuiterie Jules Destrooper sera renforcé dans les prochains jours à la suite de tentatives de chantage auprès d’entreprises alimentaires, indique la société vendredi. Mais il n’y a actuellement aucune raison de paniquer, souligne-t-elle.

>IJsboerke et Jules Destrooper menacés d’empoisonnement: le parquet fédéral enquête sur des actes de chantage

Le parquet fédéral a confirmé qu’une enquête était en cours concernant un ou plusieurs individus qui tentent de faire chanter des entreprises alimentaires. Ces dernières semaines, des sociétés belges et étrangères ont reçu plusieurs courriers contenant de la poudre pour tenter de leur extorquer de l’argent. Le ou les maîtres-chanteurs les menacent d’empoisonner leurs produits avec de l’oléandrine, une substance toxique pouvant causer une insuffisance cardiaque.

Attention particulière

Jules Destrooper confirme avoir reçu une telle lettre anonyme de menace lundi dernier et que la police a pris «des mesures adéquates», même s’il a été directement établi qu’il n’y avait aucun danger pour les collaborateurs et les produits.

Le contrôle d’accès sera néanmoins renforcé durant les prochains jours, ajoute l’entreprise. Elle rappelle que seuls les collaborateurs autorisés ont accès au site de production et que des caméras de surveillance ont été placées autour de ces sites ainsi que dans les différents bâtiments. Les responsables de l’entreprise ont également demandé à leurs collaborateurs de prêter une attention particulière aux consignes déjà en vigueur.

Des échantillons des produits sont par ailleurs prélevés plusieurs fois par jour afin d’en contrôler la qualité, le goût et la composition. «Ce qui permet de détecter une anomalie très rapidement et, donc, d’agir dans les plus brefs délais le cas échéant», poursuit la société.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  3. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite