Marc Coucke quitte la présidence de la Pro League: «Il y avait d’énormes cas de conflit d’intérêts»

Marc Coucke, président d’Anderlecht.
Marc Coucke, président d’Anderlecht. - Photo News.

Elu président de la Pro League le 5 juin 2018 en remplacement de… Roger Vanden Stock, avec 81 % des voix (alors qu’il était déjà à la tête d’Anderlecht), Marc Coucke a décidé d’abandonner son mandat.

Il invoque pour cela deux raisons.

« J’ai pris beaucoup de temps pendant mes vacances pour analyser ma situation et j’ai décidé d’abandonner mon mandat de président de la Ligue. Et ceci pour plusieurs raisons. D’abord, c’est une fonction qui prend du temps, beaucoup de temps. Et j’ai décidé de mettre mon focus personnel sur Anderlecht, où il y a aussi, évidemment, beaucoup de choses à faire, plus que je ne le pensais. Ensuite, je veux être logique avec moi-même et honnête avec tout le monde. Etre à la fois président d’un grand club et de la Ligue crée, surtout dans la période actuelle, d’énormes cas de conflit d’intérêts. J’ai toujours tenté de faire la part des choses entre les deux mais c’est forcément compliqué. Je crois plus que jamais que la Ligue Pro doit avoir un président indépendant. En dehors de toute structure d’un club. Je veux aussi préciser Pierre François est un CEO de qualité, avec lequel j’ai bien travaillé. C’est un homme qui bosse dur et que je veux défendre. Il a besoin, lui aussi, d’un président indépendant pour qu’à deux, ils représentent au mieux les intérêts des clubs. Notamment vis-à-vis de l’Union belge. Beaucoup de changements sont en cours à l’Union belge et ils impactent les clubs professionnels. Donc je pense que ces clubs professionnels doivent être impliqués dans ces changements », a déclaré Marc Coucke au Soir.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Roger Vanden Stock
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite