Coupe de Belgique: Malines et La Gantoise font campagne pour une «finale sans pyro»

Coupe de Belgique: Malines et La Gantoise font campagne pour une «finale sans pyro»
Photo News

Adversaires le mercredi 1er mai en finale de la Coupe de Belgique de football au Stade Roi Baudouin, La Gantoise et le FC Malines ont lancé vendredi une campagne pour que celle-ci se déroule « sans pyro ». Le coût des dégâts causés l’an dernier par les supporters du Standard et de Genk (1-0 après prolongations) s’élevait à 90.000 euros. La piste d’athlétisme avait notamment dû être remise en état. Les deux clubs concernés ont dû régler la note…

Les deux clubs finalistes exhortent leurs partisans à ne pas emmener des feux de bengale, des bombes fumigènes, des pétards, ni aucun autre matériel pyrotechnique au stade, ce jour-là.

« Parce que cela peut mettre en danger l’intégrité physique et même la vie des gens », explique Eric Van Malderen, responsable de la sécurité du Kavé Malines. « Mais aussi parce que cela coûte très cher en amendes. Rien que cette saison, on a dû payer 20.000 euros ».

Dirk Piens, l’officier de sécurité de La Gantoise, rapporte pour sa part qu’à la Ghelamco Arena, ce sont les fautifs qui paient les amendes du club ou les réparations des dommages commis aux installations. Une récente amende de 2.500 euros, résultant d’incidents à Waasland-Beveren, a ainsi été recouvrée par deux supporters désignés comme instigateurs.

« La Gantoise et Malines comptent que le 1er mai sera une excellente journée avec beaucoup d’ambiance mais sans pyro », conclut le communiqué des deux clubs.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • David Elleray, Stéphanie Forde, Bertrand Layec et Frank De Bleeckere.

    Par J.B.

    Division 1A

    David Elleray: «L’arbitrage belge est à la traîne»

  • La confiance est revenue dans le groupe carolo au fil des semaines.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    SC Charleroi: du coup de gueule salvateur à la finale des PO2

  • Michel Preud’homme devra trouver un successeur à Razvan Marin.

    Par E.PX. et D.S.

    Standard

    Le mercato estival du Standard s’annonce animé

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite