Visitez les Serres royales de Laeken en vidéo

Géraniums, azalées, hortensias, camélias : les serres du domaine royal de Laeken, à Bruxelles, qui ouvrent au public pour trois semaines comme chaque année au printemps, abritent des milliers d’espèces végétales dans l’un des principaux complexes botaniques d’Europe.

Le Soir a pu visiter ce lieu exceptionnel (voir la vidéo).

Le site propose des visites à partir de vendredi soir et jusqu’au 10 mai, selon le palais royal, qui vante une expérience « intéressante et unique » pour l’association entre végétaux et architecture.

Les serres bâties dans le parc du château de Laeken, résidence de la famille royale belge, datent du règne de Léopold II (1865-1909).

C’est en 1874 que l’architecte Alphonse Balat, missionné par le roi, entame les travaux du Jardin d’Hiver, la pièce centrale, avec 34 mètres sous le plafond pour abriter les plus grands palmiers.

Il faudra ensuite une vingtaine d’années pour bâtir intégralement un complexe de serres pouvant héberger toute la collection royale de plantes.

1.000 plants de camélias

Il s’agit principalement d’espèces subtropicales nécessitant un système de chauffage pour garantir une température de 10-12 degrés minimum, a expliqué le régisseur du domaine, Michel Dekens.

Selon lui, le roi Léopold II avait une passion particulière pour les camélias et « à son décès il y avait dans sa collection plus de 1.000 plants de camélias »… Une plante à fleurs dont les pépiniéristes belges avaient fait une des leurs spécialités.

Les Serres royales, accessibles au public moyennant 2,50 euros (sauf pour les moins de 18 ans), sont ouvertes six jours par semaine jusqu’au 10 mai et en soirée (20h-21h30) les vendredi, samedi et dimanche, selon le site du palais royal.

Les serres accueillent chaque printemps 100.000 visiteurs.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite