Un week-end sous le soleil à la Côte: peut-on se baigner en mer du Nord en avril ?

La plage d’Ostende © Le Soir/Roger Milutin
La plage d’Ostende © Le Soir/Roger Milutin

De nombreux touristes vont débarquer à la Côte belge pour ce long week-end de Pâques où les températures vont dépasser les 20 degrés.

► Nos prévisions météo région par région

L’office de tourisme de la Flandre-Occidentale évoque le chiffre de 375.000 personnes. La SNCB a prévu des trains supplémentaires et des embouteillages étaient déjà à signaler sur l’autoroute de la mer ce vendredi.

Les plages sans surveillance

Mais attention comme chaque année à Pâques, il n’y aura pas sauveteur pour surveiller les plages et la raison est simple : « Nager dans la mer à cette époque de l’année est beaucoup trop dangereux », explique la responsable du service de sauvetage, An Beun, à Het Laaste Nieuws. « Même si le soleil est au rendez-vous, l’eau est encore trop glacée ».

La bourgmestre de Blankenberge abonde dans le même sens. « Ceux qui veulent se baigner courent de sérieux risques pour leur santé. Ce n’est pas bon pour le cœur et la circulation sanguine », commente Daphné Dumery.

Pour les baignades sous surveillance, il faudra attendre le 1er mai et se baigner à Blankenberge ! Pour les autres plages, il faudra encore patienter.

► Où se baigner en Wallonie : la carte interactive

Sur le même sujet
PâquesMétéo
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite