Dany Boon porte plainte après une enquête de Mediapart mettant en doute «son patriotisme fiscal»

Dany Boon © Photo News
Dany Boon © Photo News

L’acteur, réalisateur et humoriste Dany Boon a porté plainte contre X notamment pour vol et recel de documents personnels, entraînant l’ouverture d’une enquête préliminaire, après la publication en janvier d’une enquête-vidéo de Mediapart mettant en doute son «patriotisme fiscal», a-t-on appris vendredi.

Mediapart avait révélé que l’artiste a investi dans des fonds spéculatifs (ou hedge funds) en passant par des paradis fiscaux en contradiction, selon le site, avec sa communication sur le patriotisme fiscal, sans évoquer pour autant de fraude fiscale. L’enquête s’appuyait sur des documents détaillant son patrimoine que Mediapart s’était procuré.

L’humoriste avait affirmé quelques jours après la publication de cette vidéo que toutes ses économies étaient légalement placées « et déclarées dans le strict respect du droit et du devoir fiscal », sans commenter directement les informations de Mediapart.

Plainte contre X

Dans un article mis en ligne vendredi, Mediapart a affirmé être l’objet d’une plainte de l’humoriste pour « vol », « atteinte au secret des correspondances », « violation du secret professionnel » et « recel », ce qui a entraîné l’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête préliminaire.

Toutefois, l’un des conseils de Dany Boon, Me Marie-Alix Canu-Bernard, a assuré que cette plainte ne visait pas directement le journal en ligne.

« Une plainte pour vol, violation du secret professionnel, atteinte au secret des correspondances, et recel de ces délits a été déposée contre X et non contre Mediapart. Je ne comprends pas pourquoi Mediapart se sent concerné par cette plainte », a-t-elle déclaré.

Dans le cadre de cette enquête, deux journalistes de Mediapart et le réalisateur de la vidéo incriminée ont été entendus ce lundi par la police judiciaire, a ajouté le site d’information.

Selon Fabrice Arfi, coresponsable des enquêtes à Mediapart, cette plainte n’a qu’un objectif : démasquer les sources qui ont permis au journal en ligne de mener son enquête.

Dany Boon, qui a «refusé de répondre pendant des mois à nos questions, ne conteste aucune des informations que nous avons rendues publiques dans cette enquête-vidéo», assure-t-il, mais « il conteste le fait que nous ayons pu les rendre publiques », et a « délibérément » choisi de « contourner le droit de la presse pour poursuivre Mediapart, écrit le journaliste sur le site d’informations.

« Devant les enquêteurs de la police judiciaire, Mediapart a par conséquent refusé de se prêter au jeu d’une procédure qui vise simplement à ’criminaliser’ le journalisme », et a « opposé aux questions des policiers le secret des sources », comme le permet la loi, conclut Fabrice Arfi.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Journaux|Lois et règlements|Fraude|France|Dany Boon|Mediapart
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite