Dany Boon porte plainte après une enquête de Mediapart mettant en doute «son patriotisme fiscal»

Dany Boon © Photo News
Dany Boon © Photo News

L’acteur, réalisateur et humoriste Dany Boon a porté plainte contre X notamment pour vol et recel de documents personnels, entraînant l’ouverture d’une enquête préliminaire, après la publication en janvier d’une enquête-vidéo de Mediapart mettant en doute son «patriotisme fiscal», a-t-on appris vendredi.

Mediapart avait révélé que l’artiste a investi dans des fonds spéculatifs (ou hedge funds) en passant par des paradis fiscaux en contradiction, selon le site, avec sa communication sur le patriotisme fiscal, sans évoquer pour autant de fraude fiscale. L’enquête s’appuyait sur des documents détaillant son patrimoine que Mediapart s’était procuré.

L’humoriste avait affirmé quelques jours après la publication de cette vidéo que toutes ses économies étaient légalement placées « et déclarées dans le strict respect du droit et du devoir fiscal », sans commenter directement les informations de Mediapart.

Plainte contre X

Dans un article mis en ligne vendredi, Mediapart a affirmé être l’objet d’une plainte de l’humoriste pour « vol », « atteinte au secret des correspondances », « violation du secret professionnel » et « recel », ce qui a entraîné l’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête préliminaire.

Toutefois, l’un des conseils de Dany Boon, Me Marie-Alix Canu-Bernard, a assuré que cette plainte ne visait pas directement le journal en ligne.

« Une plainte pour vol, violation du secret professionnel, atteinte au secret des correspondances, et recel de ces délits a été déposée contre X et non contre Mediapart. Je ne comprends pas pourquoi Mediapart se sent concerné par cette plainte », a-t-elle déclaré.

Dans le cadre de cette enquête, deux journalistes de Mediapart et le réalisateur de la vidéo incriminée ont été entendus ce lundi par la police judiciaire, a ajouté le site d’information.

Selon Fabrice Arfi, coresponsable des enquêtes à Mediapart, cette plainte n’a qu’un objectif : démasquer les sources qui ont permis au journal en ligne de mener son enquête.

Dany Boon, qui a «refusé de répondre pendant des mois à nos questions, ne conteste aucune des informations que nous avons rendues publiques dans cette enquête-vidéo», assure-t-il, mais « il conteste le fait que nous ayons pu les rendre publiques », et a « délibérément » choisi de « contourner le droit de la presse pour poursuivre Mediapart, écrit le journaliste sur le site d’informations.

« Devant les enquêteurs de la police judiciaire, Mediapart a par conséquent refusé de se prêter au jeu d’une procédure qui vise simplement à ’criminaliser’ le journalisme », et a « opposé aux questions des policiers le secret des sources », comme le permet la loi, conclut Fabrice Arfi.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite