«Maison de l’horreur» aux États-Unis: perpétuité pour les parents tortionnaires

David Turpin a torturé ses enfants pendants des années © AFP
David Turpin a torturé ses enfants pendants des années © AFP

Les parents de la « Maison de l’horreur » ont été condamnés vendredi en Californie à la réclusion à perpétuité avec une peine de sûreté de 25 ans, pour avoir infligé des tortures à douze de leurs treize enfants pendant des années.

David Turpin, 57 ans et son épouse Louise, 50 ans, avaient plaidé coupable de 14 chefs d’accusation, dont torture ou séquestration dans cette affaire qui a glacé l’Amérique.

« J’aime mes parents et je leur pardonne »

« Mes parents m’ont volé ma vie, mais je l’ai récupérée », a déclaré une de leurs filles avant le prononcé de la sentence. « Ça a été dur, mais ça m’a rendue plus forte », a-t-elle ajouté. « Je ne peux pas décrire ce que nous avons traversé en grandissant », a dit un de ses frères. « Parfois j’ai encore des cauchemars liés à cette période, avec mes sœurs enchaînées par exemple. Mais c’est du passé et j’aime mes parents et je leur pardonne », a-t-il ajouté.

En pleurs, les parents leur ont présenté des excuses, assurant avoir été animés par de « bonnes intentions ». « Je ne comptais pas leur faire de mal », a déclaré David Turpin, tandis que sa femme soulignait son amour pour chacun de ses 13 enfants, aujourd’hui âgés de 3 à 30 ans.

Pendant des années, le couple avait maintenu ses enfants captifs à leur domicile, rebaptisé « la maison de l’horreur » par les médias américains, situé dans la petite ville de Perris, à une centaine de kilomètres à l’est de Los Angeles.

L’alerte avait été donnée en janvier 2018 par l’une des filles qui, après deux ans de préparatifs, avait échappé à leur surveillance.

Un bain par an

À leur arrivée, les policiers avaient retrouvé certains des enfants enchaînés à leur lit. Tous, sauf la plus jeune, étaient dans des conditions d’extrême saleté et de malnutrition sévère.

Déscolarisés, les enfants n’avaient droit qu’à un bain par an et étaient censés dormir 20 heures par jour selon le programme établi par leurs parents.

Lorsqu’elles n’étaient pas enchaînées, les victimes étaient entravées dans différentes chambres et n’étaient pas autorisées à jouer. Plusieurs souffrent de lésions et déficiences liées à ces privations.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite