Les 2.000 canaris qui ont failli être euthanasiés resteront à Pairi Daiza

Les «
Canaris de la Saint-Valentin
» à Pairi Daiza © Compte Twitter de @pairidaiza
Les « Canaris de la Saint-Valentin » à Pairi Daiza © Compte Twitter de @pairidaiza

Les 2.000 canaris et perruches que Pairi Daiza avait accueillis en urgence mi-février, alors qu’ils étaient bloqués à l’aéroport de Liège pour des raisons sanitaires, resteront finalement au sein du parc animalier, a annoncé ce dernier vendredi.

« Le sort des 2.000 canaris qui ont été sauvés de la mort par @pairidaiza, @AFSCA_Conso et @ducarmedenis a été décidé : ils resteront chez nous, où ils pourront continuer de bénéficier des meilleurs soins. Désormais, nous les appellerons ’Les Canaris de la Saint-Valentin’», a annoncé Pairi Daiza dans un tweet.

Arrivés en Belgique le 14 février !

À l’origine, ces volatiles avaient été acheminés par une entreprise belge vers Israël début février, mais sur place, les autorités douanières israéliennes avaient constaté des anomalies dans l’enregistrement de certains oiseaux. Israël leur avait dès lors refusé l’accès au territoire et avait réexpédié les oiseaux vers la Belgique où ils avaient atterri à Liege Airport dans la soirée du 14 février.

Lorsque des animaux arrivent d’un pays étranger, ils doivent être mis en quarantaine en raison des risques de maladies. Mais les six centres d’hébergement destinés à accueillir les oiseaux dans ces conditions étaient pleins lors de l’arrivée des 2.000 canaris concernés.

Alors que les oiseaux risquaient l’euthanasie, le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, s’était ému de la situation et Pairi Daiza s’était proposé pour accueillir les oiseaux au sein du parc de Brugelette (province de Hainaut). Après le feu vert de l’Afsca, les oiseaux avaient été acheminés vers Pairi Daiza, où ils peuvent donc rester de manière définitive.

Sur le même sujet
Pairi Daiza
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite