Incidents lors du Clasico: certains stewards amènent eux-mêmes des pétards, dénoncent leurs collègues

Incidents lors du Clasico: certains stewards amènent eux-mêmes des pétards, dénoncent leurs collègues
Isopix

Quelques jours après l’onde de choc de l’arrêt du «clasico», plusieurs stewards de stades de football dénoncent samedi dans les pages du journal flamand Het Laatste Nieuws : selon eux, la sécurité dans les stades de la Pro League souffre de failles importantes. Certains affirment que les clubs placent parfois « n’importe qui » dans les équipes chargées d’assurer la sécurité lors des matches. « Certains sont les meilleurs amis des hooligans, ont un passé criminel ou sont mentalement limités », rapportent-ils.

Le constat pourrait expliquer que le noyau dur des « supporters » les plus problématiques s’en sort souvent sans trop d’ennuis. « Dans plusieurs clubs, dont certains du top, il y a des supporters que l’on ne peut jamais fouiller. Parfois, des stewards participent même au passage de pétards dans le stade », explique un des témoins.

Un autre steward confirme, affirmant avoir vu l’année dernière un de ses collègues amener lui-même des feux d’artifice à l’intérieur du stade. « Il les a placés sous les chaises d’amis supporters ».

Selon les stewards interrogés, des incidents comme ceux qui ont entraîné l’arrêt du match Standard-Anderlecht pourraient en réalité survenir à n’importe quel moment et dans n’importe quel match. « Les clubs le savent, mais ils détournent le regard. Ils jouent avec la sécurité de milliers de supporters ».

> Incidents lors de Standard-Anderlecht: la tolérance zéro pour coller au plus près du risque zéro

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite