Romelu Lukaku pourrait quitter Manchester United cet été: le club est prêt à écouter toute proposition pour le vendre

Romelu Lukaku pourrait quitter Manchester United cet été: le club est prêt à écouter toute proposition pour le vendre
PhotoNews

Ce vendredi, le Telegraph rapporte que Manchester United ne compte plus vraiment sur Romelu Lukaku pour la saison prochaine. Dès cet été, la direction mancunienne chercherait à se séparer de son attaquant belge de 25 ans, auteur de 45 buts sous le maillot des Red Devils, pour entamer une refonte « impitoyable » (d’après les termes de l’entraîneur Ole Gunnar Solskjaer) de l’effectif.

Pour cela, elle serait prête à écouter toutes les propositions d’autres clubs, et serait même allée jusqu’à sonder des équipes potentiellement intéressées. Le très sérieux quotidien britannique évoque des appels du pied à l’Inter Milan, au Paris Saint-Germain, ou encore au Bayern Munich.

Si on ne sait pas exactement ce que « Big Rom » pense de cela, son agent Federico Pastorello n’a pas semblé particulièrement fermé à un transfert, dans une interview donnée au média de Manchester United. Il a expliqué que Romelu Lukaku était « très ouvert », et qu’un déménagement en Italie ne lui déplairait pas.

La piste la plus chaude ne semble pas être un club à proprement parler, mais bien un entraîneur, aujourd’hui sans emploi : Antonio Conte. L’ancien coach de Chelsea a toujours apprécié les qualités de l’avant-centre des Diables, et est pressenti pour signer dans plusieurs clubs à l’intersaison, comme… l’Inter Milan.

Le Telegraph croit savoir qu’il pourrait alors vouloir faire venir Lukaku, dans son futur effectif. Mais le principal obstacle resterait le montant du transfert. Manchester United voudrait au moins récupérer sa mise d’environ 85 millions d’euros, au moment de sa signature en provenance d’Everton.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite