La Corée du Nord accuse le conseiller américain à la sécurité nationale de faire des remarques «stupides»

Kim Jong-Un ©AFP
Kim Jong-Un ©AFP

Pyongyang a accusé samedi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche John Bolton de faire des commentaires « stupides » sur l’état des discussions sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. Il s’agit du deuxième haut responsable américain visé par des critiques de Pyongyang ces derniers jours.

> La Corée du Nord a demandé d’exclure Mike Pompeo des discussions sur le nucléaire

Dans un entretien à l’agence Bloomberg publié mercredi, M. Bolton avait estimé que Pyongyang devait donner « une indication réelle » de sa volonté d’abandonner les armes nucléaires avant la tenue d’un troisième sommet, affirmant que M. Trump était « pleinement préparé » à une telle rencontre et que l’administration américaine était prête pour « le grand accord ».

Dans des commentaires cités par l’agence officielle nord-coréenne KCNA, la vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui a estimé que les commentaires de M. Bolton pouvaient montrer « un manque de compréhension sur les intentions des deux dirigeants ». « Ils me semblent immatures et stupides », a-t-elle ajouté. « Rien de bon ne peut vous arriver si de telles remarques indélicates persistent ».

Des discussions dans l’impasse

Les discussions sont dans l’impasse entre Pyongyang et Washington depuis le fiasco du sommet de Hanoï en février entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Il s’agissait de la deuxième rencontre entre les deux hommes après leur sommet historique de juin 2018. Elle a achoppé sur un désaccord : le Nord-Coréen réclamait une levée des sanctions trop importante aux yeux de l’Américain, en échange d’un début de dénucléarisation jugé trop timide.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite