Gilets jaunes en France: plusieurs milliers de manifestants à Paris, 126 personnes interpellées (photos)

On veut vivre, pas survivre » : les « gilets jaunes » ont entamé samedi leur 23e journée de mobilisation avec un défilé à Paris en forme de nouvel « ultimatum » lancé à Emmanuel Macron, à l’issue d’une semaine dominée par l’incendie à Notre-Dame.

Sous un grand soleil, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la matinée à Bercy, dans le sud-est de la capitale, avant de partir vers midi en direction de République, dans un cortège déclaré en préfecture. En début d’après-midi, le défilé se déroulait dans un calme relatif. Une barricade a été incendiée à proximité de Bastille, a constaté l’AFP. Selon la préfecture de police de Paris, 126 personnes ont été interpellées et plus de 11.000 contrôles préventifs ont été menés avant 13h.

L’ampleur de la participation sera scrutée avec attention à l’issue d’une semaine où l’incendie de la cathédrale a relégué au second plan la mobilisation des « gilets jaunes », qui réclament depuis cinq mois plus de pouvoir d’achat et davantage de démocratie directe.

Le président Emmanuel Macron recevait le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner samedi midi à l’Elysée pour un « point de situation » sur cette nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes », a-t-on appris auprès de la présidence.

> 60.000 policiers mobilisés ce samedi, « les casseurs se sont donné rendez-vous »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|Politique|France|Paris
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite