Climat: 6e jour de blocages «écologiques» à Londres (photos)

Le groupe Extinction Rebellion menait samedi à Londres une sixième journée consécutive de blocages pour réclamer un « état d’urgence écologique », affichant sa détermination malgré plus de 700 interpellations depuis lundi. Vingt-huit personnes ont fait l’objet de poursuites, selon la police.

Né au Royaume-Uni, ce réseau de militants bloquait la circulation sur Waterloo Bridge, en plein cœur de Londres, où des manifestants pouvaient être vus en position du lotus sur un pont partiellement transformé en jardin.

©Reuters
©Reuters

Trois autres lieux très fréquentés (Parliament Square, Oxford Circus et Marble Arch) étaient également bloqués « en raison de la présence de manifestants », a indiqué l’autorité des transports de Londres (TfL). Dans un message publié sur Twitter, Extinction Rebellion a interpellé directement la Première ministre conservatrice Theresa May : « Nous savons que vous n’en faites pas assez (pour le climat). Vous savez que vous n’en faites pas assez. Parlons-en, alors ».

Pour rythmer son action pendant le week-end de Pâques, le mouvement a prévu d’organiser quantités d’activités ludiques sur les sites occupés : yoga, massages, discours, concerts, etc.

Extinction Rebellion, dont le réseau est devenu international, a trois revendications au Royaume-Uni : la proclamation d’un « état d’urgence climatique et écologique », l’élaboration d’un plan d’actions pour « réduire à zéro » les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2025 et la création d’une « assemblée citoyenne » qui, aidée d’avis scientifiques, se prononcerait sur des questions climatiques.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite