9.000 gilets jaunes à Paris : «Il n’est pas acceptable que des gens crient ‘suicidez-vous’ à la police», dénonce la mairie

Pour l’acte XXII des gilets jaunes, ils étaient 27.900 manifestants en France, dont 9.000 à Paris où des heurts et pillages se sont à nouveaux produits.

D’importants dégâts à la Bastille et Place de la République

« Il faut que les violences s’arrêtent ! », a déclaré samedi Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, après une nouvelle journée de manifestation des « gilets jaunes », marquée par des échauffourées à Paris.

« Les habitants en ont assez (…) Il n’est pas acceptable que des gens crient +suicidez-vous+ à la police place de la République », a déclaré à M. Grégoire.

Selon l’adjoint, qui se trouvait dans l’après-midi au centre de veille opérationnelle avec Anne Hidalgo, les dégâts sont de nouveaux « très importants ». « Sur tout le trajet entre Bastille et République en allant vers Goncourt, il y a de la casse de mobilier urbain et les commerces sont très touchés », a-t-il déploré alors que Paris a durement été touché avec l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame.

« La police doit s’adapter »

Les résultats du dispositif de sécurité mis en place « ne sont pas satisfaisants », a-t-il souligné. « On s’étonne du parcours » des deux cortèges de manifestants, qui conduit à l’éparpillement « dans les petites rues » de « petits groupes » que la police « a du mal à appréhender », a-t-il expliqué. « Si l’idée c’est de protéger les Champs-Elysées pour qu’il y ait des dégâts ailleurs ça ne va pas ! », a-t-il insisté.

« Il faut que la police adapte son dispositif pour que les fauteurs de trouble soient interpellés. Il faut que la peur change de camp », a-t-il tonné, en dénonçant un « sentiment d’impunité » chez les casseurs.

« La complicité de certains responsables politiques »

M. Grégoire a aussi dénoncé sur Twitter « la complicité de certains responsables politiques » dans les violences. Dans son viseur, le Rassemblement national et la France insoumise. « Quand Manuel Bompard se réjouit des manifestations, il y a une forme de complicité objective », a-t-il estimé auprès de l’AFP, en référence à un tweet du numéro deux de la liste LFI aux Européennes.

« Ils se satisfont de la violence parce qu’ils s’imaginent qu’elle leur sert politiquement, mais ils se trompent », a-t-il encore critiqué.

M. Bompard avait posté dans l’après-midi sur Twitter une vidéo de la manifestation de Toulouse, surmontée de ce slogan « Même si Macron le veut pas nous on est là ».

Premier adjoint au maire du IIIe arrondissement, Gauthier Caron-Thibault a lui aussi critiqué à demi-mot sur Twitter le dispositif policier : « J’avoue ne pas comprendre comment l’organisation des forces de l’ordre n’a pas su éviter l’entrée des casseurs dans le dédale des rues du Marais alors que depuis plusieurs jours elle en annonce la venue ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite