Anderlecht-La Gantoise: le ministre de l’Intérieur va vérifier la sécurité au Stade Constant Vanden Stock

Le ministre de l’Intérieur du gouvernement démissionnaire Pieter De Crem (CD&V) inspectera dimanche le dispositif de sécurité en place au Stade Constant Vanden Stock, avant le match de la 5e journée du playoff 1 de la Jupiler Pro League de football Anderlecht - La Gantoise. Lors de la 4e journée, le Clasico Standard - Anderlecht avait dû être interrompu dès la 33e minute le vendredi 12 avril, à cause des troubles causés par les supporters du club bruxellois, qui avaient jeté des bombes fumigènes et de feux de bengale.

Des incidents jugés graves qui avaient conduit à réfléchir aux mécanismes de contrôle dans et autour des stades de football, et notamment sur la possibilité pour les supporters de faire entrer clandestinement autant de fusées éclairantes et de pétards.

Une concertation le 2 mai

Le ministre a d’ailleurs invité toutes les parties concernées (Pro League, Union belge, police locale, police fédérale, le Service public fédéral Intérieur), à venir se concerter le jeudi 2 mai à son cabinet

«Nous voulons entendre les différents acteurs et avoir une vision claire des problèmes», a déclaré Erik Eenaerts, le porte-parole du ministre. «Il est important pour nous d’avoir une vue d’ensemble. Tout le monde joue un rôle dans cette pièce. La police fédérale, la police locale, l’équipe elle-même, etc...»

C’est dans cette perspective que Pieter De Crem a décidé de de se rendre dimanche au Stade Constant Vanden Stock, à l’occasion du match Anderlecht - La Gantoise.

Il y rencontrera les gens de la cellule football du Service public fédéral Intérieur, le président du RSC Anderlecht Marc Coucke, des agents de sécurité du club, des gens de l’Union belge, de la police locale et du collège échevinal d’Anderlecht, pour se faire expliquer tous les mécanismes de contrôle.

« Parler aux personnes qui doivent faire le travail »

«Le ministre veut voir comment les choses se passent sur le terrain, et parler aux personnes qui doivent faire le travail. Il visitera également le centre des opérations», précise encore son porte-parole.

De Crem avait précédemment annoncé qu’il souhaitait collaborer avec l’Union belge et la Pro League, pour élaborer une proposition visant à donner aux stewards du football une formation supplémentaire, pour pouvoir contrôler plus efficacement les supporters dès la saison prochaine.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite