Playoffs 2 : Courtrai, vainqueur 1-2 au Cercle, revient à un point de l’Union Saint-Gilloise

Playoffs 2 : Courtrai, vainqueur 1-2 au Cercle, revient à un point de l’Union Saint-Gilloise
belga

Courtrai s’est imposé au Cercle Bruges samedi dans le cadre de la cinquième journée des play-offs 2 (Groupe B) du championnat de Belgique de football (1-2). Grâce à un doublé de Hannes van der Bruggen (54e, 76e), les Kerels (12 points) reviennent à une longueur de l’Union Saint-Gilloise. Plus tôt dans l’après-midi, les Bruxellois ont perdu leurs premiers points face à Zulte-Waregem (2-2). Dans le groupe A, Westerlo et Ostende n’ont pu se départager (0-0).

Courtrai a pris le début de la rencontre à son compte notamment grâce à une infiltration de Christophe Lepoint (2e). Poussé par Serge Gakpé, le Cercle est revenu dans le match sans pour autant construire de belles actions. Le public a dû se contenter d’une bonne action de Benjamin Lambot (16e). Gakpé, qui s’est fait chiper le ballon in extremis (39e), et Xavier Mercier, dont le tir est passé peu du poteau (44e), ont tenté de suivre l’exemple de leur capitaine sans réussite.

Une deuxième période plus animée

À la reprise, on avait vu plus d’actions en cinq minutes que pendant les 45 premières. Comme les deux équipes misaient sur le contre et laissaient beaucoup d’espaces, il y avait du but dans l’air. Et sur un mauvais renvoi de la défense brugeoise, Van der Bruggen a ouvert la marque (54e, 0-1). La ligne arrière des Kerels n’était pas mieux inspirée et Adrien Bongiovanni en a profité pour égaliser (55e, 1-1). Courtrai n’a pas accusé le coup et sur un centre de Teddy Chevalier, le capitaine des Kerels a inscrit son deuxième goal de la saison (76e, 1-2).

Waasland-Beveren (6e, 1 point) reçoit Mouscron (5e, 12 points) dimanche à 20 heures.

Nul blanc dans le groupe A

Dans le groupe A, Westerlo et Ostende s’affrontaient pour la deuxième place. Après 28 secondes seulement, les Campinois ont eu une première occasion par Jens Naessens (1ère). Et Kurt Abrahams n’a pas profité d’une perte de balle de Jelle Bataille pour lancer Sava Petrov, qui a tiré dans le filet latéral (2e). Westerlo avait manifestement plus d’intentions offensives mais cela n’a généré de véritables occasions. Sur un coup de coin de Lukas Van Eeno, Maxime Biset a prolongé le ballon, qui a atterri sur le toit du but (24e). Le seul tir cadré est venu du pied d’Abrahams mais, d’un plat du pied, William Dutoit a contré le tir du Sud-Africain(36e). Quant à Koen Van Langendonck, il n’a eu qu’un tir à distance de Robbie D’Haese à cueillir (30e).

Au repos, Dutoit a laissé sa place dans le but ostendais à Fabrice Ondoa, qui a directement été mis au travail par Abrahams (46e). Westerlo a poursuivi son forcing et sans une intervention de Kevin Vandendriessche sur un tir de Van Eeno, le gardien camerounais aurait sans doute été battu (65e). Les visités se sont montrés plus volontaires mais le seul tir cadré de Petrov n’a pas inquiété Ondoa (87e). Du coup, Ostende (7 points) reste deuxième devant Westerlo (6 points). En soirée, le leader Saint-Trond se déplace chez le dernier, Eupen. Charleroi accueillera le Beerschot-Wilrijk lundi à 18 heures.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite