Le Standard n’a pas la même force offensive que Genk et Bruges

Bokadi (à gauche) a été essayé en pointe vendredi soir face à Genk.
Bokadi (à gauche) a été essayé en pointe vendredi soir face à Genk. - Photonews

Contre Genk, le Standard a proposé pendant que son adversaire concluait. Une efficacité redoutable, doublée de combinaisons léchées et bien pensées. Au-delà de l’évidente différence au niveau des automatismes, les deux noyaux ont surtout prouvé toute l’importance d’un numéro 9 déterminant. Avec l’absence de Renaud Emond, le seul attaquant liégeois à trouver régulièrement le chemin des filets, Michel Preud’homme a été dans l’obligation de poser des rustines sur une fonction déterminante dans le foot moderne. En fin de débats, Merveille Bokadi a été essayé et ce n’est pas sa splendide talonnade sur la réduction du score de Razvan Marin qui aura changé les choses. « Je connais les qualités de mon groupe mais également celles présentes à Genk et au Club de Bruges. Nous n’avons pas les armes pour viser le titre. Pas cette saison… » Le mentor liégeois lâchait cette remarque au terme de la sèche défaite 4-0 concédée sur la pelouse des « Blauw en Zwart ». Un réalisme qui visait notamment la pointe de l’échiquier des trois entités. Mbwana Samatta est un tueur dans le rectangle tandis que Wesley dégage une surpuissance sur toutes les pelouses. Et quand ces deux garçons ressentent de la fatigue, les Limbourgeois et les Brugeois peuvent compter sur la profondeur de leur banc. Jelle Vossen, Kaveh Rezaei, arraché à prix d’or au Sporting de Charleroi ou Lois Openda élargissent la palette des possibles pour Ivan Leko. Aux yeux de Philippe Clément, Zinho Gano et Marcus Ingvartsen, le transfert le plus onéreux de l’histoire de Genk, sont de parfaits moyens de maintenir la pression sur les défenses.

Emond, pas la même aura

En bord de Meuse, les possibilités se veulent faméliques, parce que les cordons de la bourse ne peuvent pas se délier aussi facilement qu’ailleurs. Orlando Sa éprouve les pires difficultés à avaler son passage indigeste en Chine tandis qu’Obbi Oulare a de nouveau vécu une saison cauchemardesque au niveau physique. Renaud Emond, auteur de 16 buts toutes compétitions confondues, est courageux, appliqué et important mais il ne dégage pas la même aura que ses concurrents directs en haut du classement. Et quand il tousse ou n’est pas au top de sa forme, tout l’échiquier liégeois doit subir une mue difficile à enflammer. Voilà pourquoi le Standard doit se focaliser sur la troisième place, comme son coach l’a toujours martelé…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite