EuroMillions Basket League: Mons-Hainaut n’a pas trouvé les solutions contre Limburg United

Smith (à gauche) et Mons ont dû s’incliner.
Smith (à gauche) et Mons ont dû s’incliner. - B.B.

Mons-Hainaut 78

Limburg United 85

Q.T. : 18-16, 18-22, 22-22, 20-25.

Mons-Hainaut : 21/39 à 2 pts, 6/20 à 3 pts, 18 lfs sur 23, 38 rbds, 20 fp. JONES 9+2, Cage 1+5, Mortant 2+0, SMITH 10+14, VAN CAENEGHEM 0+4, LASISI 0+2, Nikolic 2+0, Giancaterino 6+0, Ekamba 0+0, Moris 0+5, CHRABASCZ 6+10

Limburg United : 22/41 à 2 pts, 10/19 à 3 pts, 11 lfs sur 15, 29 rbds, 21 fp. CARRINGTON 4+8, MUKUBU 7+7, MORRIS 2+0, Delalieux 2+5, Depuydt 5+7, Dedroog 0+0, Spicer 2+7, KOHADJA 2+0, UNRUH 8+13, Price 6+0

Arbitres : MM.Geller, Deblieck et Vanderheyden

Les semaines se suivent et se ressemblent pour les Renards incapables de signer une prestation correcte au lendemain d’une victoire. Ce nouveau revers à domicile ne remet pas en cause pour l’instant le Top 5. Reste que si les deux équipes terminent à égalité, les Limbourgeois seront positifs à l’average.

Les joueurs de Limburg mettaient une grosse activité en début de match mais Smith (2x3) était adroit au périmètre et aux lancers : 12-3 (5e). Après avoir fait banquette durant 40 minutes à Hasselt, Giancaterino retrouvait la confiance du coach mais loupait son entame. Limburg n’abandonnait pas et revenait dans la partie grâce aux contre-attaques de Depuydt : 18-16 (10e).

Les Renards n’ont pas pu distancer les Limbourgeois

La bande à Lynch profitait ensuite des triples de Price (2x3) pour prendre quelques points d’avance, avant le retour aux affaires des Renards sous l’impulsion de Giancaterino : 32-30 (18e) et 36-38 (20e). Malgré leur mainmise sur le rebond (22 dont 7 offensifs à 15), les Renards n’étaient pas parvenus à distancer les Limbourgeois. À noter que les deux coachs avaient fait tourner l’ensemble de leur effectif durant les 20 premières minutes.

Après un mano à mano qui perdurait tout au long du troisième quart-temps, Mons perdait Chrabascz, blessé à l’œil. Lors de son retour sur le parquet, Limburg s’était donné de l’air : 66-71 (35e). Avec Van Caeneghem, Moris et Lasisi très loin de leur niveau, Mons n’est pas parvenu à refaire son handicap. La prochaine sortie des Renards est programmée vendredi à Anvers. Le lendemain, les Giants prépareront le Final Four à la Diamonte mons.arena.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite