Ligue 1: le PSG célèbre son titre de champion de France avec une victoire face à Monaco (3-1)

©AFP
©AFP

Une victoire devant son public et le retour sur les terrains de Neymar: le PSG, qui a dominé Monaco (3-1) grâce à un triplé de Kylian Mbappé, a fêté dimanche son titre de champion dans une ambiance sereine, marqué par les hommages à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Sacré roi de France avant même d’avoir joué, en raison du nul de son dauphin lillois contre Toulouse (0-0) plus tôt dans l’après-midi, le PSG a tenu à régaler ses supporters pour les célébrations du 8e titre de son histoire, le 6e de l’ère qatarie.

Au menu ? Un score fleuve contre Monaco, le même adversaire qu’il avait étrillé l’an dernier pour officialiser son titre en 2018, un triplé de son champion du monde Kylian Mbappé (15e, 38e, 55e), et le retour sur les terrains de sa star Neymar, trois mois après sa blessure au pied.

Avant la rencontre, l’atmosphère entourant le Parc des Princes était davantage solennelle avec plusieurs hommages rendus à la cathédrale Notre-Dame, ravagée par un violent incendie lundi.

Outre la diffusion d’un clip célébrant l’héroïsme des pompiers de Paris, dont certains membres ont donné le coup d’envoi fictif, les coéquipiers de Marquinhos ont porté durant la rencontre un maillot «frappé d’un visuel» de l’édifice iconique, en lieu et place de son sponsor habituel.

C’est ensuite dans un quasi silence de cathédrale, en raison d’un huis clos infligé à la tribune haute du virage Auteuil, que l’enceinte parisienne a accueilli son équipe, qui restait sur une étrange série de trois matches sans victoire.

Mbappé étincelant, Neymar encourageant

Après l’humiliante défaite au stade Pierre-Mauroy de Lille (5-1) dimanche dernier, et l’indigente prestation à Nantes (3-2) mercredi, Thomas Tuchel a enfin pu aligner un onze de départ de haut niveau avec les retours de Mbappé, Marquinhos, et Marco Verratti.

Mais sur une attaque rapide initiée par Kamil Glik, c’est Monaco qui a failli ouvrir le score dès l’entame. Rony Lopes, parfaitement lancé par Falcao, est toutefois tombé sur un grand Aréola (7e)

A contrario son homologue Danijel Subasic, blessé en cours de match, n’a pas eu le temps de se mettre en évidence. Tout comme son remplaçant Diego Benaglio, qui encaissé un but deux minutes à peine après sa rentrée à la 13e.

Sur un contre lancé par Paredes, Alves transmet vite à Mbappé au rond central. L’international français décale Moussa Diaby, qui lui remet aussi tôt dans la surface. Au terme d’une course éclair, il n’a laissé aucune chance au portier adverse (1-0, 15e).

Si l’ancien monégasque n’a pas voulu faire de célébration face à son ancienne équipe, où il s’est révélé à la face de l’Europe lors de la fabuleuse saison 2017, son show ne faisait en fait que commencer.

Parfaitement lancé par Paredes dans la profondeur, il a manqué d’un rien le doublé, en croisant légèrement trop sa frappe (33e). Dans une forme resplendissante, il n’a pas cogité longtemps pour mettre son deuxième but de la partie après un «une-deux» limpide avec Dani Alves (2-0, 38e).

Après la rentrée de Neymar, entré à la place de Layvin Kurzawa au retour des vestiaires sous l’ovation du Parc des Princes, Mbappé a vu le poteau, au terme de son raid côté gauche, le priver du triplé (51e).

Ce n’était que partie remise: encore une fois bien placé dans la surface, le champion du monde a repris le centre parfait d’Alves pour s’offrir un coup du chapeau dans la foulée (3-0, 55e). A 20 ans, il devient le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre la barre des 30 buts inscrits sur une saison en L1.

Si Alexander Golovine a réduit le score en fin de match (80e), et que Marco Verratti est sorti sur blessure, à quelques jours de la finale de la Coupe de France, le Parc a savouré le retour de son chouchou Edinson Cavani, longtemps blessé.

Entré en jeu à la 73e minute, le «Matador» a même inscrit un but... finalement annulé pour hors-jeu (86e). Une soirée presque parfaite.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • David Elleray, Stéphanie Forde, Bertrand Layec et Frank De Bleeckere.

    Par J.B.

    Division 1A

    David Elleray: «L’arbitrage belge est à la traîne»

  • La confiance est revenue dans le groupe carolo au fil des semaines.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    SC Charleroi: du coup de gueule salvateur à la finale des PO2

  • Michel Preud’homme devra trouver un successeur à Razvan Marin.

    Par E.PX. et D.S.

    Standard

    Le mercato estival du Standard s’annonce animé

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite