Greta Thunberg à Londres: les politiques qui ne font rien ne «s’en tireront pas»

Greta Thunberg à Londres: les politiques qui ne font rien ne «s’en tireront pas»

L’activiste du climat Greta Thunberg a été accueillie dimanche avec grand enthousiasme par le mouvement Extinction Rebellion à Londres. Sous les «I love you» de la foule rassemblée au Marble Arch, la jeune Suédoise a une nouvelle fois dénoncé le manque de volonté politique pour lutter contre le réchauffement climatique.

«Pendant bien trop longtemps, les politiques se sont mis dans le chemin, sans faire quoi que ce soit pour tenter d’enrayer la crise climatique et la crise environnementale», a déclaré Greta Thunberg. «Nous allons nous assurer qu’ils ne s’en tirent plus comme cela.»

« Nous n’arrêtrerons pas de nous battre »

L’humanité est à un tournant, selon l’adolescente de 16 ans, symbole de toute une génération après avoir initié la grève des étudiants pour le climat. «Nous nous sommes rassemblés aujourd’hui parce que nous avons choisi le chemin que nous voulons emprunter. Nous attendons maintenant que d’autres suivent notre exemple.»

Le mouvement Extinction Rebellion et les participants aux protestations étudiantes feront la différence, a-t-elle souligné: «Nous n’arrêterons pas de nous battre pour cette planète et pour nous-mêmes, notre avenir et l’avenir de nos enfants et petits-enfants.»

Après une rencontre avec le pape François vendredi à Rome, la Suédoise avait pris le train pour Londres où elle compte rencontrer le leader des Travaillistes Jeremy Corbyn ainsi que la présidente des Verts Caroline Lucas et s’adresser à la chambre basse du parlement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite