La Ligue arabe s’engage à verser 100 millions de dollars par mois aux Palestiniens

La Ligue arabe s’engage à verser 100 millions de dollars par mois aux Palestiniens

La Ligue arabe s’est engagée dimanche à verser 100 millions de dollars par mois à l’Autorité palestinienne afin de compenser les mesures de rétorsion financières appliquées récemment par Israël.

« Nous confirmons que les pays arabes vont soutenir le budget de l’État palestinien… en lui procurant un filet de sécurité financière (…) afin de résister à la pression politique et financière à laquelle il fait face », a indiqué la Ligue arabe dans un communiqué dimanche soir.

Le 17 février, après le meurtre et le viol d’une Israélienne par un Palestinien, le gouvernement israélien a sévi contre l’Autorité.

Il a annoncé qu’il gèlerait chaque mois environ 10 millions de dollars (près de 9 millions d’euros) dus à l’Autorité. La somme est soustraite de la TVA et des droits de douane qu’Israël prélève sur les produits importés par les Palestiniens et qu’il est censé reverser régulièrement à l’Autorité, en vertu des accords de paix.

La somme ne représente qu’une partie des taxes perçues par Israël pour le compte de l’Autorité, mais correspond selon le gouvernement israélien au montant des allocations versées aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués pour avoir commis des attaques anti-israéliennes.

Rejet d’un futur plan de paix de l’administration américaine

L’Autorité a parlé de vol et décidé de faire une croix sur la totalité des droits de TVA et de douane qu’elle doit récupérer.

Au cours de la réunion « extraordinaire » de la Ligue arabe au Caire dimanche, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a réitéré son rejet d’un futur plan de paix de l’administration américaine.

« Ce plan ne parviendra pas à atteindre une paix durable et complète au Moyen-Orient », précise le communiqué de l’organisation panarabe.

Les Palestiniens affirment que l’administration Trump penche en faveur d’Israël, ce qui discrédite selon eux les Etats-Unis dans leur rôle historique de médiateur.

En 2018, Les Etats-Unis ont par ailleurs coupé plus de 500 millions de dollars (440 millions d’euros) d’aides qui allaient à l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), à différents programmes d’assistance ou, pour une moindre part, directement au budget de l’Autorité palestinienne.

Les efforts pour une paix israélo-palestinienne sont à l’arrêt depuis l’échec de l’administration Barack Obama en 2014.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite