Playoffs 1: pas de vainqueur au terme d’un match intense entre l’Antwerp et le FC Bruges

©Photonews
©Photonews

Le FC Bruges mettait quasiment son titre en jeu sur la pelouse du Bosuil, en ce lundi de Pâques. Après leur défaite, 3-1, à Genk, une semaine plus tôt, les blauw en zwart devaient en effet absolument gagner à l’Antwerp, qui restait sur trois victoires consécutives, lors du troisième et dernier match de la 5e journée des Playoffs 1 de la Pro League. Ils n’y sont pas parvenus (0-0), et comptent désormais six longueurs de retard sur Genk, vainqueur 1-3 au Standard vendredi.

Siebe Shrijvers et Krépin Diatta étaient évincés par Loïs Openda et Arnaut Danjuma dans l’équipe brugeoise, revue et corrigée par Ivan Leko. Laszlo Bölöni alignait lui le onze prévu, Sambou Yatabaré remplaçant le capitaine Faris Haroun, suspendu.

L’ambiance dans un stade archi-comble était bouillante, lorsque Lawrence Visser donna le coup d’envoi de la rencontre. Bruges allait devoir se montrer très fort pour sortir victorieux de cet enfer anversois. Il aurait pourtant pu, et dû, bénéficier d’un penalty dès la 3e minute, lorsque Jelle Van Damme chargea impunément Openda dans le rectangle. L’assistance video (VAR) ne broncha pas.

Une volée de Lior Refaelov à la 23e, semblait victorieuse, mais fut écartée par Clinton Mata, le meilleur Brugeois, qui sauva ainsi son gardien Ethan Horvath. Hans Vanaken s’est retrouvé en bonne position de tir à la 26e. Mais son envoi, freiné par une pelouse ingrate, manquait à la fois de force et de précision. Danjuma tira peu après de loin, dans les bras de Sinan Bolat.

Des occasions, mais pas de but

La vérité c’est que les Brugeois n’avaient pas, loin s’en faut, le contrôle de cette partie capitale. Mais même s’il avait le plus souvent l’initiative, l’Antwerp, où l’absence de Faroun se faisait sentir, ne se créait pas de franches occasions.

Et pourtant cela « chauffait » parfois dans le rectangle visiteur, particulièrement dans les dernières minutes de la première mi-temps. Sofyan Amrabat remplaça Openda à la reprise. Le terrain avait été arrosé durant l’entracte.

Bruges était beaucoup plus saignant, et une lumineuse ouverture de Mats Rits isola Ruud Vormer face à Bolat qui se jeta tête en avant dans les pieds du capitaine brugeois, pour éteindre l’action (54). Horvath écarta tout aussi brillamment une tête de Dieumerci Mbokani sous sa transversale, dans la minute suivante (55e).

David Simao doubla Refaelov juste avant l’heure de jeu. Mbokani manqua l’opportunité de servir idéalement Amara Baby face à Horvath, en appuyant trop sa passe (69e). Bruges l’avait échappé belle. Diatta et Jonathan Bolingi montèrent simultanément sur la pelouse à la 70e (exit Danjuma et Baby). Jelle Vossen doubla ensuite l’excellent Mata, fatigué, à la 84e.

Aucun but ne fut finalement inscrit au cours de cette passionnante seconde mi-temps.

Ce nul ne contentait sans doute aucune des deux équipes, certainement pas Bruges, en tout cas. Il fait en revanche l’affaire de deux autres, en particulier Genk, où la fête est sûrement en cours, mais aussi le Standard…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite